En ce moment
 
 

Après la déroute aux européennes, LR panse ses plaies en interne

Après la déroute aux européennes, LR panse ses plaies en interne
Jean Leonetti, le 11 juin 2019 à ParisFRANCOIS GUILLOT

Six semaines après leur grave échec aux européennes, Les Républicains (LR) ont continué de panser leur plaies samedi lors d'une convention de dirigeants à huis-clos, à l'initiative de leur président intérimaire Jean Leonetti.

Parlementaires, présidents et secrétaires de fédérations départementales étaient conviés à Paris pour débattre d'une déclaration des "valeurs et principes" du parti, dépossédé d'une partie de ses électeurs par Emmanuel Macron et marqué par de nombreux départs.

"Il n'y avait pas beaucoup de monde", a rapporté une dirigeante qui juge néanmoins "courageuse" la démarche entreprise par M. Leonetti.

Environ 150 personnes étaient présentes, selon plusieurs participants, alors que LR compte plus de 200 parlementaires et autant de responsables départementaux.

Les présents ont débattu d'un texte en 12 points, sorte de charte des valeurs qui va être discutée dans les fédérations départementales, en vue d'une convention de restitution à l'automne, a expliqué M. Leonetti à l'AFP.

Ce texte reprend des thèmes traditionnels de la droite: "libérer le travail pour mieux récompenser le mérite", "autorité", "préserver notre mode de vie et notre culture".

Les Républicains se disent également "fondamentalement attachés à la solidarité nationale envers les plus vulnérables". Ils ont "conscience de l'urgence écologique et climatique" et prônent une "écologie positive" et non "punitive".

Ils entendent porter une "vision éthique du progrès" et refusent "toute marchandisation du corps humain", alors qu'approche l'examen du projet de loi bioéthique comprenant l'ouverture de la PMA à toutes les femmes.

Le président de l'institut Pollingvox Jérôme Sainte-Marie a exposé les enseignements du scrutin du 26 mai où la liste LR conduite par François-Xavier Bellamy a atteint un niveau historiquement bas (8,48%).

"La droite actuelle renvoie à des catégories sociales et à des valeurs qui sont difficiles à opposer frontalement au pouvoir macronien, mais elle est la mieux placée des oppositions pour représenter l'alternance", a-t-il résumé pour l'AFP.

Le président du Sénat Gérard Larcher, qui a initié sa propre convention et tiendra notamment une réunion lundi à Antibes avec M. Leonetti, a dit son refus d'être "les supplétifs du président de la République", tout comme son opposition au Rassemblement national (RN).

Étaient présents les trois candidats déclarés pour la présidence de LR: le patron des députés Christian Jacob et les députés Julien Aubert et Guillaume Larrivé. Le député Guillaume Peltier, qui dévoilera ses intentions la semaine prochaine, était également présent. Le scrutin est prévu le 12 octobre.

Vos commentaires