Asile et migration - Londres va financer le déploiement d'équipements de surveillance en France

(Belga) Le Royaume-Uni va financer le déploiement d'équipements de surveillance en France, dans le cadre d'un accord de coopération signé jeudi entre Paris et Londres visant à renforcer la lutte contre la multiplication des traversées clandestines de la Manche.

Le Royaume-Uni financera à hauteur de 7 millions d'euros l'achat d'équipements tels que des moyens de vidéosurveillance et des jumelles de vision nocturne, selon l'accord signé à Londres par les ministres français et britannique de l'Intérieur, Christophe Castaner et Sajid Javid. Sur ce montant, 3,4 millions d'euros avaient déjà été promis par Londres lors de la signature en janvier 2018, par les deux pays à Sandhhurst, près de Londres, d'un traité sur le contrôle de l'immigration. "Les migrants qui envisagent de traverser illégalement la Manche à bord d'une petite embarcation ne doivent en aucun cas douter du fait que la France et le Royaume-Uni sont déterminés à empêcher ces traversées", souligne l'accord signé jeudi. Le texte prévoit également un renforcement de la coopération pour démanteler les filières de passeurs et prévenir les départs de migrants vers l'Angleterre, via "une campagne de communication stratégique" visant à informer ces derniers des dangers de la traversée. Cette initiative s'inscrit dans la continuité du "plan d'action" lancé début janvier par Paris pour dissuader les migrants, toujours plus nombreux, de tenter de franchir la Manche sur des embarcations de fortune. Fin décembre, les deux pays avaient déjà annoncé un renforcement de leur coopération pour empêcher les traversées clandestines de la Manche, qui s'est traduit côté britannique par un renforcement des patrouilles en mer. Le phénomène inquiète beaucoup à Londres, où le ministre de l'Intérieur l'a qualifié d'"incident majeur". Depuis octobre, les tentatives de traversée, jusque-là marginales, se sont multipliées, à bord de petites embarcations voire de bateaux volés dans les ports de pêche, et ce, malgré les dangers liés à la densité du trafic, aux forts courants et à la température glaciale de l'eau. Selon Paris, 71 tentatives de traversées irrégulières d'embarcations ont été recensées en 2018, dont 40 ont réussi, permettant à 276 migrants, essentiellement iraniens, d'atteindre les côtes britanniques. (Belga)

Vos commentaires