En ce moment
 

Jawad, logeur de djihadistes des attentats de Paris est acquitté: il lève les bras, tape sur l'épaule de policiers et embrasse son avocat

Paris: le logeur de djihadistes Jawad Bendaoud a été relaxé
Procès de Jawad Bendaoud: en direct avec Dominique Demoulin
660920
 

En France, Jawad Bendaoud a été relaxé mercredi des faits de recel de malfaiteurs terroristes, la principale accusation qui pesait contre lui. Il sortira ce mercredi soir de prison.

La justice française se prononçait sur le sort de Jawad Bendaoud, jugé pour avoir logé deux djihadistes impliqués dans les attentats meurtriers du 13 novembre 2015 à Paris. Celui qui a été surnommé "logeur des attentats de Paris" ou "logeur de Daesh" a été relaxé des faits de recel de malfaiteurs terroristes. Autrement dit, les juges ont considéré qu'il n'était pas coupable de la principale accusation qui pesait contre lui. "Il n'est pas prouvé que Jawad Bendaoud a fourni un hébergement à des terroristes", a déclaré la présidente Isabelle Prévost-Desprez. Jawad Bendaoud, qui était jugé depuis le 24 janvier pour "recel de malfaiteurs terroristes", a levé les bras, tapé sur l'épaule de gendarmes et embrassé son avocat à l'annonce du jugement.

Selon une source judiciaire, Jawad Bendaoud, sortira "ce soir" de prison.

Youssef Aït Boulahcen et Mohamed Soumah, qui comparaissaient également dans ce procès ont, eux, écopé de respectivement quatre ans de prison dont un avec sursis, et de cinq ans de prison, rapportent les médias français. Mohamed Soumah avait eu le rôle d'intermédiaire: il avait mis en contact Hasna Aït Boulahcen, chargée de trouver une planque aux deux jihadistes en fuite, et Jawad Bendaoud. Youssef Aït Boulahcen comparaissait libre pour "non-dénonciation de crime terroriste". Il est le frère d'Hasna Aït Boulahcen et le cousin d'Abdelhamid Abaaoud, l'un des cerveaux présumés des attentats. Le parquet avait requis cinq ans de prison contre lui.


Il encourrait 6 ans de prison

Jawad Bendaoud, un délinquant multirécidiviste, encourait six ans de prison pour avoir mis à disposition d'Abdelhamid Abaaoud et de son complice, Chakib Akrouh, un squat où ils s'étaient repliés à Saint-Denis. Ils étaient arrivés le 17 novembre au soir dans l'appartement où ils sont morts le lendemain tôt dans l'assaut des policiers du Raid. Il aura passé environ 3 ans en détention préventive.

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos