En ce moment
 

Brésil: Bolsonaro accentue encore son avance

(Belga) Le candidat d'extrême droite à la présidentielle brésilienne Jair Bolsonaro a fortement renforcé son avance en tête des intentions de vote pour le premier tour de dimanche, dans un sondage publié mardi soir qui confirme la tendance observée lundi dans une autre enquête d'opinion.

Selon l'institut Datafolha, M. Bolsonaro est crédité de 32% des intentions de vote, 11 points de plus de plus que le candidat de gauche Fernando Haddad (21%). Vendredi dernier, le même institut ne donnait que six points d'écart, avec 28% des voix pour le premier et 22% pour le second. Les deux favoris restent largement devant le troisième, Ciro Gomes (centre gauche), qui stagne à 11%. Lundi soir, l'institut Ibope montrait déjà une progression de quatre points de M. Bolsonaro, à 31%, contre 21% pour le candidat de gauche, un résultat salué par les marchés, la bourse clôturant en hausse de 3,78% mardi après-midi. Au second tour, Datafolha donne le candidat d'extrême droite vainqueur contre Fernando Haddad (44% contre 42%), un résultat qui reste sujet à la marge d'erreur de 2 points de pourcentage. Mais ce même institut donnait le représentant du Parti des Travailleurs (PT, gauche) largement vainqueur vendredi, avec 45% au second tour, contre 39% pour M. Bolsonaro, sorti de l'hôpital samedi, trois semaines après avoir frôlé la mort après avoir été poignardé en plein bain de foule. Autre chiffre inquiétant pour M. Haddad, la proportion d'électeurs excluant de voter pour lui a grimpé de 32 à 41%, alors pour M. Bolsonaro elle est resté pratiquement stable (44 à 45%). Ces sondages très encourageants pour le candidat d'extrême droite arrivent paradoxalement après la mobilisation historique de centaines de milliers de femmes qui sont descendues dans les rues samedi pour exprimer leur rejet contre ce coutumier des dérapages misogynes et homophobes. Lundi, Fernando Haddad, propulsé candidat du PT à la place de l'ex-président Lula, incarcéré et déclaré inéligible, avait concentré ses attaques sur Jair Bolsonaro, appelant au sursaut démocratique contre un adversaire qui affiche ouvertement sa nostalgie pour la dictature militaire (1964-1985). (Belga)

Vos commentaires