En ce moment
 
 

Cécile de Oliveira, une avocate "modérée" pour défendre la famille de Steve

A découvrir

Affaires Laëtitia, Troadec et Steve: avocate dans plusieurs dossiers retentissants à Nantes, Cécile de Oliveira met aujourd'hui son style "carré" mais "modéré" au service de la famille du jeune homme disparu devenu un symbole après l'opération policière controversée le soir de la Fête de la musique.

"Ils sont venus vers moi au bout de deux semaines après la disparition de Steve", explique Me de Oliveira à propos de la famille de Steve Maia Caniço, "des gens extrêmement sympathiques".

L'avocate, qui reçoit dans un bureau agrémenté de jouets reflétant son intérêt pour le droit de la famille et des enfants, confie avoir été "très touchée par cette rencontre". Elle s'est ensuite mise en avant lors de la découverte du corps de Steve, suivie de la publication du rapport de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

"Je ne souhaitais pas que les médias soient envahis uniquement par le point de vue de la police ou de l'IGPN. C'est pour cela que je voulais, en amont, intervenir d'une façon assez claire et je l'espère assez modérée aussi, pour dire +ce n'est pas ce que la famille pense+, +ce n'est pas ce que la famille ressent+", explique-t-elle.

"J'ai trouvé qu'elle était modérée, qu'elle avait un point de vue fin sur les choses, qu'elle faisait attention de ne pas dire des choses qui viendraient contrarier l'enquête", valide Me Thierry Fillion.

"Elle a réagi de manière parfaitement pertinente", ajoute ce confrère du barreau de Rennes, alors que le parquet de Nantes a ouvert dans l'affaire Steve une information judiciaire "contre x" pour "homicide involontaire".

Me Fillion et Me de Oliveira devraient s'opposer en 2020 dans l'affaire Troadec. Lui défend Hubert Caouissin, l'assassin présumé des parents et des deux enfants Troadec en 2017, et elle les proches de la mère de famille Brigitte Troadec.

"C'est un adversaire à prendre en compte quand elle est là pour la partie adverse", explique-t-il.

Même son de cloche pour Me Loïc Cabioch, avocat nantais qui défend la compagne d'Hubert Caouissin, Lydie Troadec. "Cela oblige à se dépasser et à être meilleur. Le fait de savoir qu'on a Cécile en face, ça oblige à une certaine rigueur dans la préparation des dossiers."

- Autodérision -

Agée de 54 ans, Cécile de Oliveira, a étudié à Assas à Paris et exerce à Nantes depuis 30 ans.

Pour Ivan Jablonka, c'est l'affaire Laëtitia Perrais, assassinée par Tony Meilhon en 2011, qui a "donné de l'écho, involontairement, à son talent" d'avocate.

Ivan Jablonka est l'auteur de "Laëtitia ou la fin des hommes", récompensé par le prix Médicis en 2016. A son égard, Cécile de Oliveira s'est montrée "très généreuse", assure-t-il. "Elle a pris du temps pour m'expliquer, à moi qui était un novice total" en matière de justice.

Pour préparer son ouvrage, M. Jablonka avait assisté à une de ses plaidoiries sur un tout autre dossier.

"Je me souviens de la manière dont elle interrogeait à l'audience le prévenu avec, à la fois beaucoup d'humanité, mais aussi beaucoup de fermeté", se souvient-il.

L'écrivain salue sa volonté de "défendre les faibles, les fragiles, les vulnérables contre tous les excès de pouvoir, notamment quand ce pouvoir vient de l'Etat". Evoquant l'affaire Steve, Ivan Jablonka affirme qu'il s'agit "d'un combat social, bien plus large qu'un drame individuel".

Egalement concerné par l'affaire, Me Pierre Huriet, avocat de Romain G., qui a participé à la même soirée que Steve et affirme avoir été écarté de l'enquête IGPN, estime que sa consoeur a été "très carrée" dans ses prises de paroles.

Il souligne par ailleurs son "autodérision. Ce n'est pas du tout quelqu'un qui se prend au sérieux". Elle a "pas mal d'humour", confirme Me Fillion.

Cécile de Oliveira explique travailler "à 80% à l'aide juridictionnelle" et s'occupe d'une "dizaine ou une quinzaine d'affaires criminelles par an".

"Pour moi, c'est très important d'être modérée", insiste-t-elle. "D'abord parce que c'est assez important de se rappeler qu'on peut se tromper. Et c'est important de respecter toujours ses adversaires, de respecter les personnes contre lesquelles on plaide, que l'on soit en défense ou que l'on soit en partie civile".

Vos commentaires