En ce moment
 

Chambre: les présidents de partis flamands ne veulent pas de traitement de faveur

(Belga) Pour les présidents de partis flamands, l'exception leur permettant de ne pas être sanctionnés financièrement en cas d'absence trop fréquente à la Chambre, peut disparaître.

"Je suis généralement présent le jeudi à la Chambre, sauf en cas de mission à l'étranger. Mais en ce qui me concerne, l'exception prévue pour les présidents de parti peut être supprimée", a ainsi indiqué Bart De Wever, le président de la N-VA. Discours identique du côté de Meyrem Almaci (Groen). "Cette exception n'est pas nécessaire. Quand on est représentant du peuple, on est représentant du peuple", a-t-elle souligné. "Si des règles existent, elles doivent prévaloir pour tout le monde. Y compris pour les présidents de parti. Je ne demande et ne souhaite aucun traitement de faveur", a de son côté assuré Wouter Beke, à la tête du CD&V. Les parlementaires ayant participé à moins de 80% des votes à la Chambre se voient sanctionnés par la perte de 10% de leur salaire, à l'exception des présidents de parti. Bart De Wever (N-VA), Wouter Beke (CD&V), Meyrem Almaci (Groen), Elio Di Rupo (PS) et Olivier Chastel (PS) échappent donc à cette sanction. Le député Hendrik Vuye en a obtenu confirmation auprès du président de la Chambre, Siegfried Bracke (N-VA), rapportaient mardi matin la presse flamande et Le Soir. (Belga)

Vos commentaires