En ce moment
 
 

Consultations fédérales - Les informateurs attendus ce lundi pour un nouveau rapport au Roi

(Belga) Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a) sont attendus lundi au Palais royal pour un nouveau rapport sur l'état de leurs travaux en vue de constituer un gouvernement fédéral. Il est vraisemblable que le Roi les chargera de poursuivre leur mission d'information.

Le 30 mai, le chef de l'Etat a chargé ces deux hommes politiques expérimentés "d'une mission d'information visant à identifier les défis à relever par notre pays, et les possibilités ainsi que les conditions nécessaires en vue de former un gouvernement fédéral". Dans ce cadre, il leur a été demandé de garder le contact avec les formateurs régionaux et communautaires. Les informateurs ont fait un premier rapport le 6 juin. Au cours d'une conférence de presse, ils ont insisté sur la nécessité de former rapidement un gouvernement fédéral vu la situation économique et la configuration politique différente de 2010-2011, quand la Belgique a connu 541 jours de crise. A cette époque, l'équipe Leterme, quoiqu'en affaires courantes, disposait d'une majorité au parlement. Les informateurs devaient encore nouer des contacts avec les responsables du Bureau du Plan et des associations de lutte contre la pauvreté. Des contacts politiques ont aussi eu lieu mais plus avec le Vlaams Belang et le PTB, avec qui il est impossible de former un gouvernement, selon les constats de MM. Reynders et Vande Lanotte, ni le cdH qui a choisi de siéger dans l'opposition. L'imbroglio politique né après les élections du 26 mai n'est toujours pas dénoué. A part à Bruxelles et en Communauté germanophone, les perspectives de coalition aux autres échelons du pouvoir demeurent imprécises. En Flandre, un troisième tour de discussion avant d'entamer d'éventuelles négociations vient de commencer. En Wallonie, il est attendu cette semaine. Il paraît donc logique que le mandat de MM. Reynders et Vande Lanotte soit prolongé tant que la situation dans les entités fédérées n'est pas éclaircie. La désignation d'une autre personne impliquerait en effet de passer dans une nouvelle phase ou d'accélérer le rythme et passer peut-être à la formation d'un gouvernement. (Belga)

Vos commentaires