En ce moment
 
 

Coronavirus: en France, deux employés d'un hôpital volent un respirateur et le mettent en vente sur un site d'annonces

Coronavirus: en France, deux employés d'un hôpital volent un respirateur et le mettent en vente sur un site d'annonces
©AFP
CORONAVIRUS

Deux hommes travaillant à l'hôpital privé Paul-d'Egine de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), soupçonnés d'avoir volé un respirateur artificiel dans l'établissement, ont été interpellés et placés en garde à vue jeudi soir, a-t-on appris de source judiciaire. "Tout est parti d'un renseignement obtenu par la police indiquant qu'un respirateur était en vente sur Le Bon Coin", un site de petites annonces, a précisé vendredi le parquet de Créteil.

> CORONAVIRUS BELGIQUE: consultez les dernières infos

Interrogé, le directeur de la clinique privée Paul-d'Egine a confirmé que ce genre de matériel n'était pas en vente libre. Il a ajouté avoir "vu un respirateur similaire dans un sac de sport dans le bureau d'un de ses employés", a indiqué la même source.

La demande en respirateurs en forte hausse

Jeudi soir, des policiers en planque ont donc attendu que l'homme en question sorte de l'hôpital. Il a été interpellé avec le sac de sport contenant le respirateur qu'il est soupçonné d'avoir volé. Un autre homme l'attendant dans une voiture a pris la fuite mais a rapidement été identifié comme un salarié de l'hôpital, lui aussi. Il a été interpellé plus tard à son domicile en Seine-et-Marne.

> CORONAVIRUS SYMPTÔMES: voici les signes qui montrent que vous pourriez avoir le Covid-19

L'annonce sur le site de petites annonces Le Bon Coin proposait ce respirateur à la vente pour la somme de 450 euros. L'homme interpellé avec le sac de sport est un ingénieur biomédical de 29 ans. Celui ayant pris la fuite est un agent de maintenance de 42 ans. A ce stade, aucun autre vol de ce type n'a pu être établi dans cette clinique.

Face à la pandémie de Covid-19, la demande en respirateurs a fortement augmenté. Des responsables hospitaliers ont récemment alerté d'une possible pénurie de ce genre de matériel face à l'afflux de malades.

> CORONAVIRUS BELGIQUE: CARTES de répartition par province, âge et sexe

 

Vos commentaires