En ce moment
 
 

De mystérieux paquets de drogue arrivent "au gré des marées" sur le littoral atlantique

De mystérieux paquets de drogue arrivent

La drogue arrive "au gré des marées" sur la côte atlantique: depuis plusieurs semaines les autorités enquêtent sur de mystérieux paquets échoués sur les plages contenant de la drogue, au total jusqu'à aujourd'hui 763 kg, dont de la cocaïne. "L'ensemble de la façade atlantique" est touchée par le phénomène, a annoncé dimanche le parquet de Rennes dans un communiqué.

L'arrivée de ces paquets est observée "depuis la mi-octobre avec une intensification depuis le 4 novembre", a précisé le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc. Les enquêteurs ont mené de premières analyses dont "il ressort que ces emballages échoués sont en réalité des ballots contenant des produits stupéfiants, et notamment de la cocaïne présentant un degré de pureté important", et "de ce fait particulièrement dangereuse", souligne le parquet.

A ce jour nous avons récupéré 763 kg de stupéfiants

Il s'agit de "ballots de cocaïne 'base', pure à 83 %" et ils "s'échouent sur la façade atlantique depuis les Landes jusqu'à l'embouchure de la Loire", précise M. Astruc. "A ce jour nous avons récupéré 763 kg de stupéfiants dont aujourd'hui 10 kg à Pornic et 12 à Arcachon", a précisé M. Astruc. Le phénomène est tel que "des surveillances intensives ont été mises en place par les différents services notamment les douanes tout le long du littoral français", souligne le procureur. "A ce jour, une quantité très significative de stupéfiants a ainsi pu être récupérée" et "au vu du nombre important de points de découverte", la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Rennes a été saisie.


Elle aura à charge de "centraliser les recherches initialement diligentées localement par les parquets de Saint-Nazaire, Bordeaux ou Dax".

En Gironde, des promeneurs ont découvert depuis jeudi ces paquets de cocaïne sur les plages de La Teste et Arcachon, sur le bassin d'Arcachon. Le parquet de Bordeaux évoque des "quantités importantes" sans plus de précision. Une source proche du dossier a décrit à l'AFP des ballots arrivés "de manière éparse" depuis un mois tout au long de la côté atlantique, de la Loire-Atlantique, jusqu'au Pays basque, en passant par la Vendée ou la Gironde.

Ils arrivent "au gré des marées", a souligné cette source.

Appel à la vigilance

La présence de ces paquets est prise très au sérieux par la gendarmerie qui a lancé "un message de vigilance aux particuliers qui découvriraient de tels ballots sur le littoral" et les a invités à appeler immédiatement le 17 sans toucher à ces produits.

"Le contenu et le contenant peuvent s'avérer dangereux pour la santé", font valoir les gendarmes. Ces ballots peuvent présenter un risque "au toucher" ou provoquer des "émanations". Hormis le fait que "toute découverte doit être immédiatement portée à la connaissance des services de police ou de gendarmerie sans aucune manipulation", transporter ce type de produit est un délit passible de 10 années d'emprisonnement, a précisé le parquet de Rennes. Le parquet met en garde contre la consommation de ces stupéfiants. "Il s'agit d'un produit très dangereux, sous cette forme, sa consommation pouvant entraîner une overdose", insiste-t-il. Accident de transport, délestage volontaire de la marchandise ? La tâche s'annonce rude pour les enquêteurs qui cherchent à en déterminer l'origine.

"Plusieurs hypothèses sont envisageables, mais nous privilégions à cette heure un délestage à la suite d'une avarie ou d'une tempête", souligne Philippe Astruc.

Dans l'immédiat, en raison de son caractère spécifique et exceptionnel, l'enquête a été confiée par le parquet de Rennes à la Section de recherches de la gendarmerie maritime, au groupement de gendarmerie de la région Pays de la Loire ainsi qu'à l'Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (Octris) "travaillant de concert", ajoute le parquet. "Une coopération policière à l'échelle européenne a été mise en place ainsi qu'avec les autorités américaines (DEA)", précise-t-on de même source.

Vos commentaires