En ce moment
 

Des monuments en Pologne revêtus de T-shirts pour réclamer le respect de la Constitution

Des monuments en Pologne revêtus de T-shirts pour réclamer le respect de la Constitution
La sirène de Varsovie recouverte d'un T-shirt portant l'inscription "Constitution", le 3 août 2018JAROSLAW MARCINIAK

Des monuments de plusieurs villes en Pologne ont été revêtus vendredi de T-shirts blancs portant l'inscription "Constitution" par des manifestants qui entendent rappeler "l'attachement aux valeurs les plus importantes", a annoncé un mouvement de l'opposition.

Dans la capitale polonaise, la statue de la sirène, symbole de la ville et le monument de Frédéric Chopin ou encore le dragon légendaire du château royal à Cracovie ont été habillés de ces T-shirts symboliques, selon le Comité de défense de la démocratie (KOD).

L'action a démarré après que la police a interpellé mardi à Bielsko-Biala (est) un homme de 67 ans qui a enfilé un T-shirt sur le monument dédié à l'ancien président polonais Lech Kaczynski, frère jumeau de Jaroslaw, dirigeant des conservateurs nationalistes au pouvoir et homme fort de la Pologne.

La police a accusé l'homme de profanation du monument avant de le remettre en liberté. Il risque une amende ou une peine de prison.

"Par conséquent, dans l'acte d'opposition civique et de solidarité (...), nous avons accroché des T-shirts avec l'inscription +Constitution+ la nuit dernière dans de nombreuses villes polonaises sur d'autres monuments et statues", écrit KOD dans un communiqué.

"Il s'avère que le mot Constitution est non seulement un mot honteux mais également insultant pour ceux qui gouvernent", assène KOD, selon qui l'Etat de droit en Pologne est bafoué par le pouvoir.

La Commission européenne a entamé une procédure d'infraction contre la Pologne concernant l'indépendance de la justice, qui pourrait aboutir à des sanctions financières.

Le gouvernement polonais est également visé par une procédure inédite déclenchée par l'exécutif européen pour l'ensemble des réformes judiciaires qui, selon Bruxelles, menacent de manière "systémique" l'Etat de droit en donnant au gouvernement le contrôle sur la justice.

Selon le gouvernement conservateur, la réforme vise à améliorer l'efficacité de l'appareil judiciaire et à éliminer des séquelles du régime communiste.

Vos commentaires