En ce moment
 
 

Deux enfants au pain et à l'eau dans une cantine de l'Allier

Deux enfants au pain et à l'eau dans une cantine de l'Allier
Deux enfants d'une école d'une commune de l'Allier, Saint-Pourçain-sur-Sioul,ont dû se contenter de pain et d'eau à la place d'un repas servi à la cantine car les parents n'avaient pas payé la cantinGEORGES GOBET
education, ecole

Deux enfants de l'école de Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier) ont dû se contenter récemment de pain et d'eau à la place d'un repas servi à la cantine, en raison des impayés de leurs parents, a-t-on appris mardi auprès de la mairie.

Mis à l'écart de leurs camarades à l'heure du repas le 9 septembre, les deux écoliers scolarisés en CE2 et CM1 ont mangé du "pain frais et bu de l'eau", a expliqué Roger Volat, l'adjoint au maire (LR) de cette commune de plus de 5.000 habitants, confirmant une information de France 3 Auvergne.

"Cette famille n'avait pas réglé la cantine depuis plus d'un an et n'y avait pas inscrit les enfants cette année", a-t-il ajouté. Dès le lendemain, les parents ont rempli le dossier d'inscription et réglé leur dette, selon lui.

"C'est brutal, violent et humiliant pour ces enfants", a témoigné auprès de l'AFP Cédric Feit, parent d'un élève scolarisé dans le même établissement. "Je n'excuse pas du tout ces parents. C'est inadmissible de ne pas payer la cantine pendant un an mais on ne s'en prend pas aux enfants", selon lui.

Reconnaissant "un geste peut-être un peu maladroit qui ne sera pas réitéré", M. Volat a précisé que la famille avait été prévenue à plusieurs reprises mais était injoignable depuis la rentrée.

"Le maire souhaitait que cela produise un électrochoc. Nous nous sommes rendu compte cet été qu'un tiers des familles n'avait pas réglé tous les frais de cantine au dernier trimestre, ce qui représente pour la mairie une perte de plus de 6.000 euros", se justifie-t-il, précisant que le prix d'un repas est de 2,5 euros.

Depuis, les parents avaient quasiment tous payés et cette famille présentait les arriérés les plus importants, selon lui.

Les représentants des parents d'élèves ont été reçus lundi par le maire qui leur a expliqué la situation. Joints par l'AFP, ils n'ont pas souhaité s'exprimer.

Vos commentaires