Dix personnes arrêtées en France soupçonnées de vouloir attaquer des musulmans: "Trois cibles ont été évoquées" (vidéo)

Dix personnes arrêtées en France soupçonnées de vouloir attaquer des musulmans:

Dix personnes liées à l'ultra droite radicale ont été interpellées samedi soir dans toute la France par les services antiterroristes dans le cadre d'une enquête sur un projet d'attaque ciblant des musulmans, a appris dimanche l'AFP de sources judiciaire et proches de l'enquête. Pour nous en parler, notre expert en contre-terrorisme Claude Moniquet, était l'invité du RTLINFO 13H. 


Alix Battard: De quelles cibles s'agissait-il?

Claude Moniquet: "Ce qui ressort des écoutes téléphoniques qui ont été effectuées pendant plusieurs mois par la DGSI et d'autres services, c'est que trois types de cibles ont été évoqués: des imams radicaux, des détenus islamistes récemment libérés et des femmes musulmanes voilées et prises au hasard dans la rue. On ne sait pas très bien comment les cibles auraient été sélectionnées. Il faut dire aussi qu'à ce stade, on n'a pas de début d'exécution sur leur repérage de cible."

Alix Battard: Ces arrestations nous rappellent que le terrorisme a différents visages. Il y a du terrorisme islamiste et de l'anti-islamiste. Qui sont ces groupes ?

Claude Moniquet: "Effectivement, il y a une mouvance d'ultra-droite violente. Le plus connu c'est évidemment Breivik qui a tué près de 80 personnes à Oslo il y a 8 ans. Un terrorisme d'ultra droite qui sont vraiment des gens identitaires, des gens qui vont de plus en plus à droite des groupes qui sont déjà extrémistes et qui prônent la violence. Là, on était face à un groupe qui rassemblait une dizaine de personnes et qui était composé d'un fonctionnaire, d'un ancien policier et des gens qui s'entraînaient au tir de manière légale, mais qui fabriquaient des grenades artisanales. C'est une mouvance qui existait dans plusieurs pays et qui n'a jamais tué en France ni en Belgique, mais on en recense quand même des dizaines d'attentats depuis 2001."

Alix Battard: Cette menace de l'ultra droite radicale, existe-t-elle aussi chez nous ? 

Claude Moniquet: "Elle existe chez nous. Il y a une dizaine d'années on avait d'ailleurs démantelé un groupe qui s'appelait Blood and Honour qui avait projeté de commettre des attentats, mais qui n'était pas encore passé à l'acte. C'était réel. C'est une mouvance trans-européenne qui était présente dans tous les pays qui nous entourent. "

Vos commentaires