En ce moment
 
 

Eau libre/Mondiaux-2022: Muller, vice-championne du monde du 5 km, retrouve le podium

Eau libre/Mondiaux-2022: Muller, vice-championne du monde du 5 km, retrouve le podium
Aurélie Muller avec sa médaille d'argent du 5 km en eau libre des Championnats du monde 2022 de natation le 27 juin près de BudapestFERENC ISZA
 
 

La Française Aurélie Muller a mis fin à deux années difficiles en terminant 2e du 5 km en eau libre des Championnats du monde 2022 de natation lundi près de Budapest, devancée seulement de 90/100e de seconde par la Brésilienne Ana Marcela Cunha.

Après une longue attente, le temps que les juges départagent les deux premières, Cunha qui a empoché son 6e titre mondial, a finalement devancé Muller.

L'Italienne Giulia Gabbrielleschi, déjà en bronze dimanche sur le relais mixte, termine avec le même métal, à deux secondes.

Muller, 32 ans, est toujours en quête d'un premier titre mondial sur cette distance, qui n'est pas olympique, contrairement au 10 km, mais elle ne cachait pas sa satisfaction d'avoir renoué avec les podiums.

"Cela fait du bien, cela fait deux ans que ce n'était vraiment pas facile pour moi, depuis Gwangju (où ont eu lieu les Mondiaux-2019, NDLR), j'ai changé d'entraîneur et de lieu d'entraînement (Nice, NDLR), mais cela ne m'allait pas. Là je suis retourné chez moi et cela m'a fait beaucoup de bien", a-t-elle expliqué.

"J'ai besoin d'être bien entourée et cela se passe bien, j'ai retrouvé mon club, mes amis, ma famille (...) l'environnement est primordial pour moi", a insisté la nageuse de Sarreguemines.

"En stage à Font-Romeu, j'ai senti que j'avais trouvé mon meilleur niveau (...) c'est ce que j'ai montré", a-t-elle conclu.

- Olivier 5e -

Muller a déjà été sacrée championne du monde du 10 km en 2015 à Kazan et en 2017 à Budapest et elle a par ailleurs remporté le relais mixte en 2017.

Elle aura l'occasion d'ajouter une autre médaille à sa collection dès mercredi avec l'épreuve du 10 km.

Aux Mondiaux-2019, elle avait vécu une terrible désillusion en finissant à la 11e place du 10 km, à un dixième seulement de la qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo, malgré un recours au motif qu'elle aurait été gênée par l'Italienne Rachele Bruni.

En 2016, la Française avait été disqualifiée de sa deuxième place obtenue sur le 10 km des Jeux de Rio pour avoir gêné cette même Rachele Bruni sur la plaque d'arrivée.

Dans la matinée, l'autre leader de l'équipe de France Marc-Antoine Olivier avait terminé 5e du 5 km remporté par l'Allemand Florian Wellbrock, déjà sacré la veille en relais mixte.

Wellbrock a devancé avec un chrono de 52 min 48 sec 80/100 l'Italien Gregorio Paltrinieri, 2e à 3 sec 90/10, et l'Ukrainien Mykhailo Romanchuk, 3e à 25 sec 10/100.

Marc-Antoine Olivier, 6e du 10 km en eau libre aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, a terminé à 37 sec 20/100e du nouveau champion du monde.

"La hiérarchie est respectée, ils nagent tellement vite, Florian Wellbrock et Mykhailo Romanchuk, ça part dès le début et ils en remettent une couche à la fin. J'essaye de résister, je finis 5e, je +gratte+ une place par rapport à Tokyo, c'est pas si mal, mais il va falloir progresser en bassin si je veux arriver à faire quelque chose en eau libre", a expliqué, lucide, le Nordiste.

Derrière "Marco", un autre nageur tricolore, Logan Fontaine, se classe 6e.


 

Vos commentaires