Eddy Caekelberghs de retour à l'antenne pour son émission "Au bout du jour"

Eddy Caekelberghs de retour à l'antenne pour son émission

(Belga) Eddy Caekelberghs va reprendre dès ce jeudi soir la présentation de l'émission "Au bout du jour" sur La Première, a annoncé la RTBF. Après la révélation d'un courriel envoyé depuis son adresse professionnelle, le journaliste avait été suspendu provisoirement mercredi dernier.

"La RTBF réitère sa confiance à Eddy Caekelberghs, lui-même assurant de sa confiance l'ensemble de la direction de la RTBF, chacun rappelant son attachement à l'indépendance éditoriale et au respect des règles déontologiques", a rapporté le média de service public sur son site internet. La RTBF n'a pas donné de détails sur la teneur des discussions qui ont eu lieu entre le journaliste et la direction. Mais, d'après cette dernière, "les conditions sont réunies" pour que M. Caekelberghs reprenne la présentation de son émission radiophonique "Au bout du jour", diffusée du lundi au jeudi entre 19h et 20h sur La Première. "La RTBF et sa rédaction continueront d'examiner, à l'aune des nouveaux canaux d'information et méthodes de communication, les règles et usages de l'entreprise, pour concilier, d'une part, la liberté d'expression - principe essentiel - de ses collaborateurs et le respect de son indépendance éditoriale et de l'impartialité qui font partie de ses valeurs fondatrices, statutaires et déontologiques, et, d'autre part, sa volonté permanente de garantir la crédibilité de son information et l'impartialité que le public est en droit d'attendre du service public", précise-t-elle. La semaine dernière, Sudpresse avait révélé un courriel envoyé par Eddy Caekelberghs à plusieurs hauts membres du Centre d'action laïque, dont un ancien secrétaire général du PS, dans lequel il appelait à diffuser une vieille interview télévisée de l'ancien ministre Louis Michel se déclarant pour la mobilité des êtres humains et la migration, afin de mettre en cause la politique actuelle du gouvernement dirigé par son fils, Charles Michel (MR). (Belga)

Vos commentaires