En ce moment
 

En France, une entreprise se lance dans le recyclage des mégots et les transforme en objets du quotidien

En France, une entreprise se lance dans le recyclage des mégots et les transforme en objets du quotidien

Chaque seconde, 137.000 mégots de cigarette sont jetés dans la nature sur la planète. En France, une société bretonne a décidé de recycler ces déchets remplis de produits toxiques en mobilier urbain. Explications dans le RTL Info 13 heures.

Une fois jeté au sol, un mégot de cigarette met près de 15 ans à disparaître complètement. Depuis 40 ans, les bouts de cigarette sont les déchets les plus abondants. Pour réduire cette pollution, une entreprise française a décidé de les recycler et de les transformer en objets du quotidien. 

"Cette matière est recyclable dans une unité spécifique parce qu'il s'agit quand même d'un déchet dangereux", indique Bastien Lucas, fondateur de l'entreprise 'Mégo'. 

Les mégots collectés doivent tout d'abord être tirés et séparés des autre déchets. "Il faut retirer tout ce qui est touillettes, gobelets, chewing gum, et tout ce qui n'a rien à voir avec les mégots de cigarettes", explique Guillaume André, salarié.


Des plaques de plastiques sont créées 

Pour débarrasser les mégots des 4.000 substances chimiques qu'ils renferment, il faut les broyer, les laver puis les broyer à nouveau. Le but est d'obtenir une matière prête à être chauffée. Des plaques de plastiques sont ensuite obtenues. 

"Si le matériau est abîmé, par exemple si quelqu'un a gratté et s'est acharné dessus, on n'a plus qu'à le re-broyer pour pouvoir à nouveau le thermo-compresser et du coup obtenir une nouvelle plaque. Il n'y a donc plus besoin de recréer de la matière première, elle est toujours là", précise Estelle Chabard, étudiante en ingénierie des matériaux. 

Depuis son lancement, l'entreprise a recyclé 4 tonnes de mégots et compte une cinquantaine de clients. Parmi eux, des entreprises mais aussi des communes. Certaines paient environ 200 euros par trimestre pour assurer les collectes. 

Vos commentaires