En ce moment
 
 

Environ 150 personnes ont pris part à un meeting contre l'extrême droite à Bruxelles

(Belga) Environ 150 personnes, selon les organisateurs, se sont jointes dimanche après-midi au meeting de la coalition contre l'extrême droite et le fascisme "Stand Up" organisé dans les locaux de la CGSP Bruxelles, situés rue du Congrès. Il n'y a pas eu d'incident.

Les participants ont discuté des groupes extrémistes mobilisés derrière la "marche sur Bruxelles", prévue à 14h00 au départ de la place d'Espagne mais interdite par le bourgmestre de la Ville de Bruxelles. Ils ont également fait état des arrestations ayant cours parmi ceux qui avaient décidé de passer outre cette interdiction. "Finalement, c'est un succès car nous étions plus nombreux que les extrémistes de droite malgré l'interdiction des manifestations", estime Axel Farkas, membre de la coalition Stand Up. "Il faut encore que l'on construise le mouvement sur le long terme." Les militants ont ensuite fixé les prochains rendez-vous prévus pour militer contre les idées d'extrême droite, à commencer par une action le 26 septembre à l'Université de Gand. Cette action visera à protester contre l'invitation lancée par des étudiants à Dries Van Langenhove, membre du Vlaams Belang et fondateur du mouvement composé de jeunes flamingants d'extrême droite Schild & Vrienden. Un meeting national de Stand Up sera également organisé le 28 septembre dans l'après-midi et en soirée à l'espace Garcia Lorca à Bruxelles. Les militants ont symboliquement pris une photo devant la colonne du Congrès, lieu de départ initial de la contre-manifestation avortée à la suite de l'interdiction par le bourgmestre de la marche extrémiste. Pour rappel, la police de Bruxelles-Ixelles avait rendu un avis négatif quant à la tenue de la "marche sur Bruxelles" et des contre-manifestations qui pourraient s'organiser. Les participants à la marche d'extrême droite voulaient protester contre l'absence du Vlaams Belang dans les négociations pour la formation d'un nouveau gouvernement flamand, estimant que le cordon sanitaire autour de ce parti ne respecte pas le choix des électeurs. Selon des médias flamands, le groupe d'extrême droite "Blood, Soil, Honour et Faith" était impliqué dans l'organisation de cette manifestation. (Belga)

Vos commentaires