Face à un "bashing" anti-N-VA, Bart De Wever oppose la cohésion de son parti

(Belga) Le président de la N-VA Bart De Wever a affirmé dimanche, lors d'une journée pré-électorale pour les familles organisée par son parti au parc d'attractions de Plopsaland (La Panne), l'existence d'un bashing contre sa formation politique, qui y répondrait par davantage de cohésion interne.

Le bourgmestre d'Anvers affirme que son parti fait face ces dernières semaines à un "bashing, couplé à de la malhonnêteté intellectuelle et du mensonge". La campagne électorale est dure à Anvers, où l'efficacité des politiques de M. De Wever - notamment en matière de répression des trafics de drogues - est vivement attaquée par ses adversaires politiques. Dans les gouvernements où elle siège (Fédéral, Flandre), la N-VA est là aussi critiquée jusque par ses partenaires. Le premier parti de Belgique se drape par ailleurs souvent dans la posture de l'assiégé. "La N-VA est un parti ouvert, où chacun est soi-même, un parti avec de la compassion et de la solidarité mutuelle", a affirmé M. De Wever, cherchant à consolider ses troupes à quelques semaines des élections locales. La journée à Plopsaland des nationalistes flamands a une nouvelle fois fait le plein, attirant pas moins de 13.000 sympathisants. De nombreux autres ont même dû être refusés par manque de place, selon M. De Wever. La N-VA présentera quelque 7.000 candidats aux élections du 14 octobre, dans 322 communes et districts. Dans son discours, Bart De Wever a insisté sur la nécessité de relever la qualité de l'enseignement en Flandre, en revenant sur des réformes qui l'auraient abaissée, ainsi que sur la maîtrise du néerlandais comme facteur d'émancipation citoyenne. (Belga)

Vos commentaires