En ce moment
 

L'ex-femme de Michel Fourniret confirme deux nouveaux meurtres: va-t-on vers un nouveau procès?

L'ex-femme de Michel Fourniret confirme deux nouveaux meurtres: va-t-on vers un nouveau procès?

En France, l'ogre des Ardennes fait encore parler de lui. Michel Fourniret, déjà condamné pour 7 meurtres et assassinats, avoue que si deux autres jeunes filles, tuées n'avaient pas croisé son chemin, elles seraient probablement encore en vie.

L'homme refuse, d'en dire plus aux enquêteurs. Mais son ex-femme, Monique Oliver, complice au moment des faits, confirme ses demi-aveux.

Michel Fourniret sous-entend, qu'il est impliqué dans les meurtres de Joanna Parrish, une assistante d'anglais, et Marie-Ange Domèce, une jeune handicapée mentale. Le corps de cette dernière n'a d'ailleurs jamais été retrouvé.

Les faits remontent aux années 80-90, dans l'Yonne, mais ces nouveaux éléments pourraient permettre de rouvrir un procès, comme l'explique Richard Delgenes, avocat de Monique Olivier.  


"Elle a toujours participé à la manifestation de la vérité"

"Je pense qu'avec les aveux de Monique Olivier, il est maintenant évident qu'il y aura un procès pour ces deux affaires. Monique Olivier n'a jamais essayé de se protéger ou d'éviter un procès. Parler, faire des aveux, c'est s'auto-incriminer. Et s'auto incrimine, c'st prendre le risque de se retrouver devant une Cour d'assises et d'être condamné à des peines lourdes. Elle a toujours participé à la manifestation de la vérité. Ça a toujours été sa ligne de conduite depuis l'origine. Elle le confirme aujourd'hui et je pense qu'on doit lui reconnaître, au moins, ses aveux là", plaide-t-il au micro d'Olivier Boy pour RTL. 

Un nouveau procès pourrait donc s'ouvrir pour ces deux affaires jamais jugées jusqu'ici. C'est désormais la juge d'instruction chargée de l'enquête qui va décider ou non d'un renvoi devant une Cour d'assises.


L'espoir d'offrir une sépulture à sa fille

Pour le père de Marie-Ange Domèce, aujourd'hui âgé de 89 ans, c'est peut-être l'espoir d'en savoir enfin plus, et de retrouver la dépouille de sa fille pour pouvoir l'enterrer. 

"Le procès pour moi, ça ne sera pas une occasion d'admirer Fourniret ou sa bonne femme. Que Fourniret ait croisé Marie-Angèle, ça ne fait aucun doute. Ce que j'aurais voulu savoir, c'est quand, où et comment surtout. Je ne pourrais pas lui parler parce que j'ai la certitude qu'elle (Monique Olivier, nldr) me mènera en bateau", confie-t-il au micro de Vincent Serrano pour RTL. 

"Qu'elle nous rende Marie-Angèle, c'est tout. Je suis vieux, j'ai 89 ans. Avant de partir, je veux pouvoir la retrouver et lui offrir une sépulture décente et ne pas la laisser comme ça, dans la nature, comme un chien. Il n'est pas question de lâcher, c'est tout à fait normal et il me semble que c'est la moindre des choses que je dois à ma fille", souffle-t-il. 

Vos commentaires