France: "La colère" en 2018 "a dit une chose: nous ne sommes pas résignés"

France:

(Belga) La "colère" des "gilets jaunes" en 2018 "a dit une chose: nous ne sommes pas résignés", a déclaré Emmanuel Macron en présentant lundi soir ses vœux à la France pour 2019.

"Cette colère", a-t-il poursuivi, "a dit une chose à mes yeux, quels que soient ses excès et ses débordements : nous ne sommes pas résignés. Notre pays veut bâtir un avenir meilleur reposant sur notre capacité à inventer de nouvelles manières de faire et d'être ensemble. Telle est à mes yeux la leçon de 2018". Le président français a estimé que "les résultats" des réformes engagées depuis le début du quinquennat "ne peuvent pas être immédiats et l'impatience que je partage ne saurait justifier aucun renoncement". "Cessons de nous déconsidérer ou de faire croire que la France serait un pays où les solidarités n'existent pas, où il faudrait dépenser toujours davantage", a-t-il poursuivi. Il s'est également élevé contre "les porte-voix d'une foule haineuse", affirmant dans une allusion aux débordements des "gilets jaunes" que "l'ordre républicain sera assuré sans complaisance". Emmanuel Macron a ensuite promis d'écrire aux Français "dans quelques jours" afin de préciser les contours du grand "débat national" imaginé pour répondre à la crise des "gilets jaunes". Débutée à 20h00, cette allocation est la dernière d'une année qui a vu la popularité du président français s'effondrer. Plus de 23 millions de personnes avaient regardé l'intervention d'Emmanuel Macron à la télévision le 10 décembre - un record pour une intervention politique -, quand, pressé par les revendications des "gilets jaunes", il a annoncé 10 milliards d'euros d'aides en faveur du pouvoir d'achat. (Belga)

Vos commentaires