En ce moment
 

France: soupçons de violences policières ce samedi, le Parquet ouvre deux enquêtes (vidéos)

France: soupçons de violences policières ce samedi, le Parquet ouvre deux enquêtes (vidéos)

Un "gilet jaune" sur chaise roulante aspergé de gaz lacrymogène au visage par un policier et une femme frappée par des CRS: le parquet de Toulouse a indiqué lundi avoir ouvert deux enquêtes sur ces faits, relayés sur les réseaux sociaux.

Le Parquet de Toulouse en France a ouvert deux enquêtes sur des événements survenus en marge d'une manifestation de "gilets jaunes" samedi dernier. Les deux scènes ont été filmées et ont été posté sur les réseaux sociaux provoquant l'indignation de nombre d'internautes.

La première scène filmée s'est produite en fin de manifestation. Un couple ne portant pas de gilets jaunes a été roué de coups par des CRS après un échange entre les forces de l'ordre et la femme. D'après la préfecture de Haute-Garonne le couple est venu "s’interposer au milieu des forces de l’ordre. Invitées à circuler, les personnes ont alors proféré des insultes à l’encontre des policiers et l’une a tenté de dérober une grenade." D'après une source policière, le couple avait une attitude "vindicative.

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Sur une autre vidéo filmée le même jour, un homme portant un gilet jaune et se déplaçant sur fauteuil roulant reçoit un jet de gaz lacrymogène en plein visage de la part d'un membre des forces de l'ordre. Contacté par l'AFP, M. Bouré, hémiplégique et souffrant de problèmes respiratoires depuis 2014 à la suite d'un AVC, a précisé qu'un "dépôt de plainte est en cours" de sa part. Alors qu'il tentait de quitter la manifestation, bloqué par un cordon de sécurité, "un des policiers a arraché les lunettes de ski que je portais", a-t-il raconté. "j'ai essayé de les reprendre, je n'essayais pas de lui rentrer dedans, il s'est énervé et m'a alors aspergé de gaz lacrymogène".

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Pour les deux dossiers, le Parquet dit comprendre "le caractère possiblement choquant" mais précise qu'une mise en contexte est nécessaire.

Vos commentaires