En ce moment
 
 

François Hollande a-t-il été trahi par son ministre Emmanuel Macron? L'ancien président répond SANS DÉTOUR

 
 

A l'occasion de la 800e émission de Pascal Vrebos, François Hollande était sur le plateau de RTL TVI ce dimanche.

Emmanuel Macron, aujourd'hui à la tête de l'Elysée, a passé deux ans au gouvernement en tant que ministre de l'Economie aux côtés de François Hollande. Le 30 août 2016, il avait présenté sa démission pour "se consacrer entièrement à son mouvement politique". François Hollande avait-il imaginé un tel départ? A-t-il été naïf ou sous la séduction d'Emmanuel Macron? Il se livre sans détour dans une interview donnée à Pascal Vrebos. 

"J'ai un principe de vie, c'est de faire confiance. J'avais un collaborateur, je n'avais pas de raison de douter. Je pensais qu'il pouvait avoir une envie de faire de la politique mais ne pouvait pas prétendre à cette fonction tant qu'il était auprès de moi, dans le gouvernement. Il y a aussi des surprises dans la vie. Je pensais qu'il n'avait pas de possibilité pour prétendre. Lui s'est mis dans une position de rupture. Ça a été assez douloureux pour moi et aujourd'hui pour les Français. C'est un principe de sincérité qui doit l'emporter sur toutes autres considérations. Il n'a pas été assez sincère durant cette période-là", nous indique-t-il.

La France est un pays qui n'est pas facile à diriger.

François Hollande avoue qu'il ne pensait pas qu'Emmanuel Macron puisse prétendre à la fonction de président de la République. "De ce point de vue-là, avouons-le, je me suis trompé", admet-il.

Depuis plusieurs semaines, la France connaît un important mouvement social contre la réforme des retraites. "C'est un pays qui n'est pas facile à diriger. C'est un pays éruptif qui se met souvent en mouvement avant même qu'il n'y ait eu une angoisse ou un risque. Mais c'est un pays intelligent, attentif. Donc il faut lui parler", insiste l'ancien président de la République. Selon lui, la réforme des retraites n'a pas suffisamment été présentée aux Français. Il dénonce "un manque de clarté, de dialogue et de respect". 


 




 

Vos commentaires