En ce moment
 

Fraude fiscale et blanchiment: les époux Balkany jugés du 13 mai au 20 juin

Fraude fiscale et blanchiment: les époux Balkany jugés du 13 mai au 20 juin
Patrick et Isabelle Balkany, le 9 décembre 2015 à Issy-les-MoulineauxMIGUEL MEDINA

Patrick et Isabelle Balkany, poursuivis notamment pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale aggravée, seront jugés à Paris du 13 mai au 20 juin, a annoncé mardi le tribunal correctionnel.

Le maire LR de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et son épouse sont notamment soupçonnés d'avoir dissimulé à l'administration fiscale un patrimoine d'au moins 13 millions d'euros.

Au terme de près de cinq ans d'enquête, qui a nécessité des investigations à l'international, les époux Balkany seront aussi jugés pour "déclaration incomplète ou mensongère" à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, chargée de contrôler les revenus des élus.

A l'audience de fixation, mardi à la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris, la défense a tenté en vain d'obtenir un renvoi du procès à des dates ultérieures.

Grégoire Lafarge, "le seul avocat de la famille Balkany depuis toujours, a eu un accident de santé très grave avant l'été", a expliqué au tribunal Me Pierre-Olivier Sur, qui intervenait pour la défense. "Il va mieux mais n'est absolument pas en mesure d'assurer l'audience dans six mois", a-t-il poursuivi pour justifier cette demande de renvoi. "Pour M. Balkany, il n'est pas question de changer d'avocat", a ajouté Me Sur.

Mais le tribunal a maintenu les dates prévues. "Le délai de 6 mois et 28 jours est considéré comme permettant (aux prévenus, ndlr) d'organiser leur défense", a jugé le président.

"Si Grégoire Lafarge ne vient pas, M. Balkany ne viendra sûrement pas", a affirmé à des journalistes Me Sur, "outré" par la décision du tribunal, qui "ne respecte pas les valeurs d'humanité concernant notre confrère".

Le couple Balkany est soupçonné d'avoir "de façon habituelle", "dissimulé à l'administration fiscale des revenus occultes et un patrimoine tout aussi occulte en ayant recours à des prête-noms et à des structures offshore", selon l'ordonnance de renvoi devant le tribunal datée de juillet.

Patrick Balkany, 70 ans, sera également jugé pour corruption passive, blanchiment de corruption et prise illégale d'intérêts.

Le patrimoine présumé caché du couple se composerait notamment d'une propriété, la "Villa Pamplemousse" à Saint-Martin, que Mme Balkany, 71 ans, a finalement reconnu détenir lors de sa cinquième audition, après avoir nié en être propriétaire.

Serait également concerné un riad à Marrakech. Officiellement loué par leur fils Alexandre Balkany, il aurait en partie été financé par un homme d'affaires saoudien, Mohamed bin Issa al-Jaber, au moment où ce dernier négociait des droits à construire avec la ville de Levallois-Perret pour un projet de tours jumelles qui n'a finalement pas vu le jour.

Outre les époux Balkany, quatre autres personnes comparaîtront. Alexandre Balkany sera jugé pour blanchiment de fraude fiscale pour avoir signé des baux fictifs.

Mohamed bin Issa al-Jaber comparaîtra pour corruption active envers une personne dépositaire de l'autorité publique, notamment pour avoir mis à la disposition des époux Balkany son jet privé.

Seront également jugés l'avocat Arnaud Claude, soupçonné d'avoir participé au montage financier pour l'achat du riad et le proche collaborateur de l'élu, Jean-Pierre Aubry.

Vos commentaires