Un Canadair sur Notre-Dame? Voici pourquoi l'idée de Trump fait rire Eric Labourdette, pompier belge et président du SLFP

  • Eric Labourdette : "Trump devrait laisser les professionnels faire leur boulot"

  • Incendie à Notre-Dame de Paris: la flèche vient de s''effondrer sur elle-même

  • France: la célèbre cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes

  • France: la célèbre cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes

 
Notre-Dame

Alors que le monde assistait impuissant au brasier qui consumait la plus célèbre cathédrale de France, symbole de Paris tout autant que la tour Eiffel, nombreuses ont été les voix qui se sont élevées pour se demander pourquoi on n'a pas eu recours aux Canadairs pour larguer de grandes quantités d'eau et augmenter ainsi les chances de neutraliser l'incendie. Donald Trump a d'ailleurs suggéré leur utilisation.

La sécurité civile a expliqué sur Twitter que ces avions sont techniquement "inadaptés pour éteindre ce type d'incendie". "Le largage d'eau par avion sur ce type d'édifice pourrait en effet entraîner l'effondrement de l'intégralité de la structure". "Cette énorme quantité détruirait ce qu'il reste de la toiture et les nombreuses œuvres restantes qui pourraient potentiellement être encore sauvées", ont répété les pompiers relayés par France info.

"On a peu de moyens réels d'action, même si en 2019, ça semble décevant", a admis l'ancien porte-parole des pompiers sur France info.

Les pompiers informent par ailleurs que "les Canadair ont besoin de 2 km de longueur, 100 mètres de largeur et 2 mètres de profondeur. Deux lignes droites de ce type sont praticables en Ile-de-France : entre Fontaine-le-Port et Chartrettes et entre La Rochette et Melun." Un Canadair ne pourrait donc pas prendre l'eau dans la Seine juste à côté de la cathédrale.


"La structure de la cathédrale n'aurait pas tenu vu qu'elle était déjà déstabilisée", explique également Eric Labourdette, pompier belge et président du SLFP. Et de conclure : "Trump devrait laisser les professionnels faire leur boulot".

Vos commentaires