En ce moment
 
 

Incendie meurtrier d'un immeuble à Paris: Thomas, un habitant du 5e étage, raconte ce qu'il a entendu (vidéo)

Au moins 10 personnes sont mortes et une autre a été grièvement blessée dans un violent incendie, dans la nuit de lundi à mardi, d'un immeuble à Paris, dont une habitante, présentant des "antécédents psychiatriques", a été placée en garde à vue. Selon le parquet de Paris, les premiers éléments de l'enquête tendent à privilégier la piste criminelle

Il a fallu plus de cinq heures aux pompiers pour maîtriser l'incendie le plus meurtrier à Paris depuis près de 14 ans. On dénombre également 37 blessés, dont huit pompiers. Plus d'une cinquantaine de personnes ont dû être évacuées en urgence, à l'aide de grandes échelles notamment.


"De la vaisselle cassée, des insultes,..."

Sur place, notre journaliste Pauline Laurent a rencontré un des habitants Thomas, qui se trouvait au 5e étage. Il dit avoir entendu une violente dispute vers 0h30. "De la vaisselle cassée, des insultes,...D’après ce que j’ai compris, le couple avec lequel la personne s’était disputée a appelé la police. Celle-ci est arrivée donc le couple est sorti 20 minutes, le temps que la police fasse son travail.", raconte-t-il. "La personne n’a finalement pas été embarquée et les deux parties se sont recroisées dans la cage d’escalier. La personne en question aurait dit 'tu es pompier, tu vas périr dans les flammes". Cinq minutes après, il y avait le feu, des alarmes, des cris,..."


"J’ai entendu des gens crier"

Quand il a entendu l’alarme "dans le silence", Thomas explique ne pas avoir immédiatement réagi. "Dans un premier temps, je me suis dit que c’était une alarme comme une autre. Puis, j’ai entendu des gens crier, je me suis préparé pour m’en aller. J’ai vu ensuite de la fumée noire épaisse rentrer dans mon appartement. Le couloir étant impraticable, je suis passé par la fenêtre pour aller chez les voisins", ajoute-t-il. 

"Je ne connaissais pas la suspecte principale mais je crois savoir qu’elle avait des antécédents psychiatriques. C’est ce que la gardienne et d’anciens voisins nous ont dit", a-t-il conclu.

Notre journaliste a également interrogé Mirko, le mari de la concierge de l'immeuble, qui vit au rez-de-chaussée.

"On nous a appelés vers minuit en nous disant qu’il y avait le feu. Je suis alors intervenu au 2e étage accroupi pour éviter d’avaler les fumées. J’ai été prévenir les autres habitants qu’il y avait vraiment un incendie", témoigne-t-il. "Une personne âgée n’a pas voulu m’écouter et j’ai été obligé de la forcer à se coucher. Je l’ai tirée par les pieds. C’est avec un membre des forces de l’ordre qu’on a fait le nécessaire."

Que propose la mairie comme plan de relogement ? "On attend un rendez-vous avant d’être fixé pour la suite. La société de l’immeuble nous propose pour le moment un logement provisoire puis on recevra d’autres informations", a précisé l'habitant de l'immeuble. 

 

Vos commentaires