En ce moment
 

La fête pour les champions du monde dérape une nouvelle fois à Paris: 31 personnes toujours en garde à vue

La fête pour les champions du monde dérape une nouvelle fois à Paris: 31 personnes toujours en garde à vue

Les gardes à vue ont été prolongées pour 31 personnes, dont huit mineures, soupçonnées d'avoir pris part aux incidents à Paris en marge des célébrations de la victoire des Bleus au Mondial, a indiqué lundi soir le parquet de Paris.

Alors que, lundi matin, la préfecture de police comptabilisait 90 placements en garde à vue, ce bilan a été révisé à la baisse pour atteindre un total de 57 gardes à vue, dont 13 concernant des mineurs, a annoncé le parquet.

Selon le parquet, ce différentiel s'explique par le fait que ce comptage ne retient que les "infractions directement liées à la finale de la Coupe du monde de football" telles que des vols, des violences, des dégradations ou des faits d'outrages et rébellion aux forces de l'ordre, excluant par exemple d'autres délits comme certaines infractions routières.

Dans la capitale, des incidents ont eu lieu dimanche soir sur les Champs-Elysées, avec notamment le pillage de plusieurs magasins dont celui du Drugstore Publicis, alors que des centaines de milliers de personnes fêtaient la victoire des Bleus en finale de la Coupe du monde à Moscou.

Concernant les 44 majeurs placés en garde à vue, neuf d'entre eux ont été libérés lundi sans être poursuivis en raison d'infractions insuffisamment caractérisées, tandis que 23 autres ont vu leur garde à vue prolongée lundi soir, certains soupçonnés d'être impliqués dans des scènes de pillages, d'après une source proche de l'enquête.

Onze majeurs vont par ailleurs être présentés à la justice en vue d'une éventuelle comparution immédiate devant le tribunal correctionnel. Un autre a par ailleurs été convoqué devant le délégué du procureur qui pourrait lui notifier un stage de citoyenneté.

Du côté des mineurs, huit d'entre eux étaient toujours entendus en garde à vue lundi soir. Deux autres vont être présentés au parquet pour d'éventuelles suites judiciaires et un mineur est par ailleurs convoqué devant le juge des enfants. Deux mineurs ont été relâchés pour infractions insuffisamment caractérisées.

Au total, 292 personnes ont été placées en garde à vue dans toute la France lors de cette nuit festive, notamment émaillée dans plusieurs grandes villes, comme à Paris, Lyon ou Marseille, par des échauffourées opposant des forces de l'ordre à des groupes de "casseurs".

A Paris, une personne a par ailleurs été très sérieusement blessée et prise en charge par les secours en urgence absolue après un violent coup de casque reçu dans la tête au cours d'une rixe.

Vos commentaires