En ce moment
 
 

JO-2020: Manaudou fidèle au rendez-vous, l'inconnu Jacobs roi du 100 m

 
 

Florent Manaudou a réussi son incroyable pari sur 50 m libre en arrachant l'argent derrière le boss des bassins Caeleb Dressel dimanche à Tokyo et l'Italien Lamont Marcell Jacobs a surgi quasiment de nulle part pour remporter le premier 100 m olympique de l'ère post-Usain Bolt.

Champion olympique en 2012 à Londres, vice-champion olympique en 2016 à Rio, Manaudou a encore répondu présent et offert à l'équipe de France de natation, jusque-là bredouille, une belle médaille d'argent.

Arrivé à Tokyo sans grandes certitudes, Manaudou, 30 ans, n'a été devancé au bout d'une longueur de bassin que par Dressel qui repart de Tokyo avec cinq titres olympiques.

Le frère cadet de l'icone de la natation française Laure Manaudou revient de loin: après Rio, pendant deux ans et demi, il avait délaissé les bassins de natation pour tenter sa chance en handball, sa passion de jeunesse, avant de replonger en 2019.

Son retour a ensuite été perturbé par la pandémie et les restrictions sanitaires.

"Quand je suis revenu à la natation il y a deux ans et demi, j'ai dit que je voulais vraiment prendre du plaisir. Je me suis un peu perdu en chemin cette année parce que mes perfs n'étaient pas ouf… Je ne fais pas une course incroyable niveau chrono, mais ça prouve que ça suffit et qu'il ne faut pas trop se poser de questions", a expliqué Manaudou qui affiche dorénavant à son palmarès quatre médailles olympiques (or en 2012, argent en 2016 et 2020 sur 50 m nage libre, argent en relais 4x100 m à Rio) et n'exclut pas de pousser jusqu'à Paris-2024.

- 21 médailles -

Grâce à Manaudou, mais aussi aux fleurettistes, la France totalise 21 médailles. Les Bleus ont dominé en finale de leur épreuve par équipes la Russie 45 à 28 et ont conforté, avec ce cinquième podium et deuxième titre, l'escrime dans le rôle de pourvoyeur prolifique de médailles du sport français.

En athlétisme, il n'y a pas eu de miracle pour Jimmy Vicaut qui s'est arrêté en demi-finale du 100 m, étape qui a été fatale aussi à l'un des grands favoris, l'Américain Trayvon Bromell.

Pour ces premiers Jeux de l'après-Bolt, vainqueur des trois derniers titres olympiques sur la distance-reine, il fallait avoir les yeux rivés sur le couloir 3 occupé par Lamont Marcell Jacobs, né aux Etats-Unis d'un père américain et d'une mère italienne, dont le seul titre de gloire était jusque là un titre de champion d'Europe en salle sur 60 m.

Jacobs, premier Européen sacré sur 100 m depuis le Britannique Linford Christie en 1992, a foudroyé le stade olympique de Tokyo avec une ligne droite bouclée en 9 sec 80/100, nouveau record d'Europe.

Il a devancé l'Américain Fred Kerley (9.84) et le Canadien Andre de Grasse (9.89), avant de tomber dans les bras de son compatriote Gianmarco Tamberi, sacré peu avant champion olympique de saut en hauteur, titre partagé avec le Qatari Mutaz Essa Barshim.

La Vénézuélienne Yulimar Rojas est elle devenue championne olympique du triple saut avec à la clé un nouveau record du monde de la discipline, porté à 15,67 m à son dernier essai, pour effacer la marque de l'Ukrainienne Inessa Kravets (15,50 m) qui tenait depuis 1995.

- Aliev en colère -

En tennis, après avoir battu le N.1 mondial et grand favori Novak Djokovic en demi-finale, l'Allemand Alexander Zverev s'est offert à 24 ans le titre le plus prestigieux de sa carrière en balayant le Russe Karen Khachanov 6-3, 6-1.

Autre sport professionnel dont l'appartenance au programme olympique fait débat, le golf a un nouveau champion olympique, l'Américain Xander Schauffele, 5e mondial.

Grosse déception pour Anthony Jeanjean, 6e en BMX freestyle, et surtout pour le dernier boxeur en lice Mourad Aliev qui a été disqualifié en quarts de finale de la catégorie des +91 kg pour avoir, selon l'arbitre, blessé son adversaire avec des coups de tête.

Fulminant de colère, Aliev a refusé de quitter le ring, avant que le supervsieur du tournoi ne reconnaisse selon lui qu'il y a eu une erreur. La présidente du Comité national olympique et sportif français Brigitte Henriques a ensuite annoncé qu'elle était en train de "constituer un dossier pour contester la décision" devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

L'équipe de France de concours complet, championne olympique en titre, s'est de son côté relancée avec brio dans le cross et occupe la troisième place avant le saut d'obstacles, sa discipline forte, lundi.

Enfin, les Bleus de volley-ball se sont inclinés contre le Brésil 3 à 2, mais ils ont empoché pour la première fois de leur histoire leur billet pour les quarts de finale. Ceux du basket connaissent leur adversaire pour ce même niveau de compétition : ce sera l'Italie.


 




 

Vos commentaires