En ce moment
 

Judo: débuts poussifs pour les Bleus aux Championnats d'Europe

Judo: débuts poussifs pour les Bleus aux Championnats d'Europe
La Française Sarah-Léonie Cysique (bleu) à la lutte avec la Portugaise Telma Monteiro en -57 kg aux Championnats d'Europe de judo, le 26 avril 2018 à Tel Aviv JACK GUEZ

Le judo français, privé de sa superstar Teddy Riner, connaît des débuts poussifs aux Championnats d'Europe de judo: aucun combattant tricolore n'est monté sur le podium jeudi à Tel Aviv (Israël).

La première journée du rendez-vous continental avait particulièrement mal commencé pour les Bleus.

Côté dames, Amandine Buchard (-52 kg) et Hélène Receveaux (-57 kg), les deux meilleures chances de médaille française sur le papier, ont été battues dès leur premier combat.

Trois pénalités ont coûté une défaite par ippon à Buchard face à la Roumaine Andreea Chitu. Celle qu'on présente, à 22 ans, comme une des promesses du judo tricolore, s'était déjà inclinée d'entrée aux précédents Championnats d'Europe il y a un an à Varsovie, mais elle faisait alors ses premiers pas dans sa nouvelle catégorie de poids.

Receveaux, médaillée de bronze européenne et mondiale en 2017, s'est elle fait surprendre par la Russe Anastasiia Konkina (future médaillée de bronze) dans les dernières secondes de leur face-à-face.

C'était pire encore côté messieurs. Les trois engagés du jour ont plié dès leur entrée en lice: Kilian Le Blouch et Daniel Jean au premier tour en -66 kg, Walide Khyar (-60 kg) au deuxième.

- En attendant Agbegnenou -

Si Jean (21 ans) découvrait l'échéance européenne, on attendait davantage de Khyar. Mais ça s'est confirmé jeudi face au Hongrois Csaba Szabo, vainqueur par ippon, le champion d'Europe 2016 au judo flamboyant peine à confirmer depuis son titre surprise. Il était tombé au même stade aux JO-2016 comme aux Mondiaux-2017.

Ce sont finalement deux outsiders qui ont signé les meilleurs parcours tricolores du jour: Mélanie Clément (-48 kg) et la nouvelle venue Sarah-Léonie Cysique (-57 kg). Toutes deux ont cependant fini au pied du podium (5e).

Clément (contre la future médaillée d'or, la Russe Irina Dolgova) comme Cysique ont cédé en demi-finales de leur catégorie respective, puis se sont inclinées une nouvelle fois dans leur combat pour une médaille de bronze, sur ippon, la première contre l'Ukrainienne Maryna Cherniak, la seconde face à la Portugaise Telma Monteiro, multimédaillée olympique et mondiale.

Prometteur pour Cysique, dix-neuf ans seulement, dans une catégorie où la concurrence promet d'être acharnée en vue des JO-2020 à Tokyo, au pays berceau du judo. Outre Receveaux, il ne faut pas oublier Priscilla Gneto, sacrée championne d'Europe en 2017 mais freinée dans son élan par une opération au genou, et Automne Pavia, la représentante française aux Jeux de Rio, fraîchement de retour sur les tatamis après avoir donné naissance à son premier enfant.

En attendant, les Bleus compteront vendredi sur la double championne du monde (2014 et 2017) et vice-championne olympique en titre Clarisse Agbegnenou (-63 kg), N.1 mondiale de sa catégorie, pour débloquer leur compteur.

Vos commentaires