L'affaire des "disparues de Perpignan" en dix dates

L'affaire des
L'avocat Me Etienne Nicolau (c), Conception Gonzalez (d) et de Marie-Jose Garcia (g), les mères de deux des trois femmes disparues entre 1995 et 1998 près de la gare de Perpignan, le 14 février 2018 RAYMOND ROIG

L'affaire des "disparues de Perpignan", au coeur du procès de Jacques Rançon qui s'ouvre lundi, en dix dates.

- 24 septembre 1995 : disparition de Tatiana Andujar, 17 ans, dont on ne retrouvera jamais la trace.

- 21 décembre 1997: Mokhtaria Chaïb, 19 ans, est retrouvée poignardée et atrocement mutilée sur un terrain vague.

- janvier 1998 : interpellation du Péruvien Andrés Palomino Barrios, qui bénéficiera d'un non-lieu en 2003 et trouvera la mort, étranglé, en 2012 en Espagne.

- 16 juin 1998 : disparition de Marie-Hélène Gonzales, 22 ans, dont le corps est découvert dix jours plus tard, décapité et mutilé. Sa tête et ses mains seront retrouvées six mois plus tard dans un sac plastique.

- 25 mai 2000 : arrestation à Lyon d'Esteban Reig, qui vient de tuer et découper en morceaux son colocataire et qui vivait à Perpignan au moment des meurtres de Mokhtaria et Marie-Hélène. Mais il sera disculpé de ces deux crimes et se suicidera en prison en 2012.

- 9 février 2001: disparition de Fatima Idrahou, 23 ans, retrouvée étranglée au bord de l'étang de Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales) un mois plus tard. Marc Delpech, tenancier de bar, avoue ce meurtre et sera condamné à 30 ans de prison. Mais aucun lien n'est établi avec les autres "disparues de Perpignan".

- janvier 2012 : de nouvelles analyses ADN, après celles effectuées précédemment, sont menées, ainsi qu'en février 2013. L'une d'entre elle, sur la chaussure de Moktaria, permet de dresser un profil génétique partiel du tueur.

- 14-15 octobre 2014: Jacques Rançon, plusieurs fois condamné pour agressions sexuelles, est confondu par son ADN sur le fichier des empreintes génétiques et reconnaît le viol et meurtre de Mokhtaria Chaïb.

- 4 Juin 2015: il est mis en examen pour l'agression au couteau, le 9 mars 1998, d'une jeune fille de 19 ans, Sabrina, qui l'avait reconnu après son arrestation grâce à sa photo dans les journaux.

- 9 juin 2015 : il avoue le meurtre de Marie-Hélène Gonzales. Il avouera ensuite une autre tentative de viol commise en septembre 1997 contre Nadjet, 18 ans.

A ce jour, seule la disparition de Tatiana Andujar n'est toujours pas élucidée. Au moment des faits, en septembre 1995, Jacques Rançon était en prison à Amiens pour viol.

Vos commentaires