L'Australie va présenter ses excuses aux victimes d'abus pédophiles

L'Australie va présenter ses excuses aux victimes d'abus pédophiles
Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull, à Sydney, le 13 octobre 2017DAVID MOIR
Enfants

Le Premier ministre australien a annoncé jeudi qu'il allait présenter les excuses de la nation aux enfants victimes d'abus pédophiles au sein des institutions après cinq années d'enquête qui ont permis de rassembler des témoignages souvent éprouvants.

Après une décennie de révélations, le gouvernement avait cédé en 2012 aux pressions et créé une Commission d'enquête royale sur les réponses institutionnelles aux crimes de pédophilie.

Depuis 2013, elle a été contactée par plus de 15.000 personnes disant avoir été victimes de tels actes -- certains datant de plusieurs décennies -- au sein de l'Eglise, d'orphelinats, de clubs de sport, d'écoles ou d'organisations de jeunesse.

Plus de 4.000 institutions ont été mises en cause -dont de nombreuses organisations catholiques- dans des témoignages souvent très durs recueillis au cours d'auditions publiques ou à huis clos.

Malcolm Turnbull a expliqué au Parlement qu'il consulterait les survivants avant de leur présenter les excuses de la nation "avant la fin de l'année".

"En tant que nation, nous devons marquer cette occasion de façon à refléter les souhaits des survivants et leur donner la dignité à laquelle ils avaient droit en tant qu'enfant, mais qui leur avait été refusée par ceux -à même qui étaient chargés de s'occuper d'eux", a-t-il déclaré.

"Quand on regarde les déclarations des témoins, il est évident que le fait d'être entendu et d'être cru revêt une grande importance pour les survivants (...). Trois mots, +Je vous crois+, prononcés après des années de déni, souvent des décennies, de leur responsabilité par les autorités".

La Commission royale avait fait 409 recommandations, que le gouvernement étudie actuellement, y compris un programme d'aide aux victimes qui leur fournirait assistance psychologique et des dédommagements financiers.

Canberra a débloqué 33,4 millions de dollars australiens (21 millions d'euros) pour financer ce programme. Les victimes pourraient toucher jusqu'à 150.000 dollars australiens.

La Commission avait aussi recommandé dans les 17 volumes du rapport d'instaurer l'obligation pour les prêtres de dénoncer les actes de pédophilie qui leur sont avoués dans le secret du confessionnal.

Vos commentaires