En ce moment
 

L'élection des délégués de classe, "premier pas vers la citoyenneté"

L'élection des délégués de classe,
Les élections des délégués de classe, qui doivent se tenir entre la rentrée et les vacances de la Toussaint, sont obligatoires au collège et au lycée, facultatives en primaireFRED TANNEAU
education

L'élection des délégués de classe, rituel de début d'année, constitue "un premier pas vers la citoyenneté", mais le rôle des élus dépend ensuite beaucoup de l'importance donnée à la fonction par le corps enseignant.

"C'est un exercice de démocratie" à petite échelle, estime Franck Collard, président de l'association des professeurs d'histoire-géographie.

Ces élections, qui doivent se tenir entre la rentrée et les vacances de la Toussaint, sont obligatoires au collège et au lycée, facultatives en primaire.

Organisées par les professeurs principaux, elles sont l'occasion d'"expliquer ce qu'est un débat, un scrutin, la majorité absolue ou relative...", souligne M. Collard.

Les délégués sont chargés de représenter les élèves de la classe en toutes circonstances, et sont leurs porte-paroles auprès des professeurs et personnels d'éducation, notamment au moment du conseil de classe où ils siègent.

Pour Samia Matmati, directrice d'une école primaire à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), cette élection représente un "premier pas vers la citoyenneté".

"Les enfants ont souvent envie d'endosser cette responsabilité", déclare-t-elle. "Ils sont avides de participer au conseil des délégués, qui a lieu deux fois par an et est un lieu d'échanges, de propositions sur tout ce qui touche à la vie de l'école." Les délégués contribuent également à l'élaboration du règlement, "ce qui les pousse à se l'approprier et le respecter", selon elle.

Salomé, élève en sixième à Paris, a déjà été élue plusieurs fois déléguée: "j'aimais bien parler avec la directrice et essayer d'améliorer certaines choses. Par exemple, on avait instauré un roulement dans la cour pour les jeux de ballon, afin d'éviter que ce soit toujours les mêmes qui occupent le terrain".

Les élections dans son collège ont lieu cette semaine. Elle compte se présenter mais "ne connait pas encore bien" son nouvel établissement. "Je dois réfléchir à mes propositions", glisse-t-elle. Face notamment à une future concurrente "qui a déjà demandé à tout le monde de voter pour elle"...

- "Tablettes pour tous" -

Eliott, 13 ans, a déjà vécu de nombreuses candidatures infructueuses à l'école primaire. "Ceux qui se faisaient élire promettaient n'importe quoi: des tablettes pour tous, plus de récréation....Je trouvais ça dommage que tout le monde se fasse avoir", raconte-t-il, certain que "de nombreux politiques mentent pour se faire élire".

Finalement, son projet de "créer un groupe WhatsApp" pour tous les élèves de la classe a payé. Il a enfin été élu délégué en 6e, puis l'année d'après. Aujourd'hui en 4e, il aimerait réitérer l'expérience: "j'aime bien l'idée d'être le porte-parole, d'aider les autres", explique-t-il. L'an dernier, il a contribué à mettre fin au harcèlement d'une jeune de sa classe, en prévenant un membre de l'encadrement qui est intervenu.

Mais la portée de ces élections "varie énormément selon les établissements", prévient Géraldine Bozec, sociologue, qui a travaillé sur les questions de citoyenneté.

Selon elle, "faire vivre la démocratie scolaire demande du temps" et "dépend beaucoup de la sensibilité des adultes à la question, de la mobilisation des enseignants". Car dans une école, les rapports de pouvoir ne sont pas, par nature, "en faveur des élèves".

Le risque, c'est que les élections soient organisées "pour la forme", renchérit Brigitte Prot, psychopédagogue. "Si le rôle des délégué se résume à une participation de quelques minutes au conseil de classe pour parler de l'ambiance générale, cela n'a pas grand intérêt", juge-t-elle. Pour elle, les délégués doivent être "force de proposition".

C'est pourquoi une élection devrait toujours "se préparer" en amont, selon elle: "dans un premier temps, les élèves doivent pouvoir dire ce qu'ils attendent de leurs délégués, et dans un second temps, les candidats se présenter en tenant compte de ce cahier des charges".

Vos commentaires