En ce moment
 

La Confédération paysanne se met en piste pour les élections des chambres d'agriculture

La Confédération paysanne se met en piste pour les élections des chambres d'agriculture
Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, fondée en 1987 en rupture avec l'agriculture productivisteSTEPHANE DE SAKUTIN

"Neuf mois, c'est juste le temps d'une gestation": le troisième syndicat agricole Confédération paysanne, réuni en assemblée générale mercredi, s'est mis en piste pour les élections des chambres d'agriculture attendues d'ici fin janvier 2019.

"Lors des dernières élections, nous étions un peu en dessous de 20% des voix sur le plan national, et nous ambitionnons surtout d'augmenter ce score", a dit à la presse Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération.

Créé en 1987 en rupture avec l'agriculture productiviste défendue par le principal syndicat du secteur la FNSEA, la Confédération paysanne est le troisième syndicat agricole français.

Il ne pilote en direct que deux des 94 chambres départementales de l'agriculture en France, une dans le Puy-de-Dôme et l'autre à la Réunion.

"Nous avons bon espoir d'améliorer nos scores, il y a une jolie dynamique positive en cours autour du changement de modèle" agricole et alimentaire, selon Laurent Pinatel.

Le syndicat mènera campagne sur "le revenu des paysans et paysannes", la "reconnaissance et la fierté d'être paysan", a-t-il ajouté.

"Il y a beaucoup d'+agri-bashing+ aujourd'hui dans la société, mais effectivement, il a aussi beaucoup de pratiques agricoles (liées à l'utilisation massive de produits phytosanitaires, NDLR) qui ne sont plus défendables, et il faut que les pouvoirs publics fassent évoluer ces pratiques".

"Neuf mois, c'est juste le temps d'une gestation, nous partons dans ses élections assez sereins, car les faits nous ont malheureusement donné raison, nous assistons à un effondrement du système productiviste" de l'agro-business, a déclaré M. Pinatel.

M. Pinatel prend comme exemple la récente faillite du volailler Doux, "où l'on produisait la matière première à bas prix en fonction de ce que demandaient les industriels et non en fonction de ce que demandaient les consommateurs".

"Tout le monde a acté le fait qu'il fallait changer de système agricole, sans stigmatiser les paysans", a ajouté M. Pinatel.

Il craint une "nouvelle crise laitière" en raison de l'effondrement des prix depuis la levée des quotas européens en 2015 et des stocks européens de poudre de lait toujours pas retirés du marché.

Les chambres d'agriculture sont des organismes consulaires qui gèrent l'enregistrement et l'identification des animaux, les formalités administratives, et la diffusion de connaissances techniques en matière agronomique ou de gestion, aux agriculteurs.

Elles sont majoritairement dirigées par la FNSEA associée aux Jeunes Agriculteurs (JA), qui ont recueilli 53,39% des voix en 2013. La Coordination rurale avait reçu 20,49% des voix et la Confédération paysanne 18,54%.

Vos commentaires