En ce moment
 
 

La Constitution doit prévoir un minimum de 40% de femmes dans les gouvernements

(Belga) Le sp.a déposera à l'occasion du 8 mars une série de propositions dont une déclaration de révision de la Constitution, visant à assurer, à partir de 2024, une représentation féminine d'au moins 40% dans les gouvernements, collèges échevinaux et députations permanentes.

De manière générale, la législation actuelle se contente de prévoir, sans plus, la diversité des sexes dans les exécutifs. Les socialistes flamands demandent qu'un exécutif soit composé au maximum de 60% de représentants du même genre. Au niveau de la députation permanente flamand, il serait question d'un maximum de 2 représentants du même genre (sur un total de 4). Au niveau fédéral, il est impératif de passer par une révision de la Constitution. Plusieurs formations politiques font ainsi connaître leur volonté de déposer une déclaration de révision de la Constitution. La N-VA avait revendiqué les cahiers Atoma prévoyant une réforme de l'Etat, l'Open Vld souhaite ancrer les droits fondamentaux, Ecolo-Groen les enjeux de gouvernance et à présent le sp.a le droit des femmes. L'acte clôt traditionnellement la législature mais l'issue en est cette fois incertaine depuis que la N-VA a quitté le gouvernement, réduit aux affaires courantes. Vu le contexte, il ne sera guère aisé de trouver un consensus au sein du gouvernement, à la Chambre et au Sénat sur un nombre d'articles à soumettre à révision. Le sp.a a choisi de faire de la condition des femmes une priorité. Il observe que seules 3 femmes sur 13 siègent au gouvernement fédéral et 3 sur 9 au gouvernement flamand (2 sur 7 au gouvernement wallon, 4 sur 8 au gouvernement bruxellois, 2 sur 6 au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles). Au niveau européen, la Belgique se trouve en milieu de classement: 17e place sur 28. Avec 8 têtes de liste féminines sur 14, le sp.a est le parti flamand à proposer le plus de femmes têtes de liste. (Belga)

Vos commentaires