En ce moment
 

La France salue le "sacrifice" des Australiens en 14-18, loin des leurs

La France salue le
Le colonel australien Scott Clingan accompagne Edouard Philippe, le Premier ministre australien Malcolm Turnbull et son épouse Lucy, dans le cimetière militaire de Villers-Bretonneux (Somme), le 24 aPASCAL ROSSIGNOL
histoire

Près du Mémorial australien des soldats tombés lors de la Première Guerre mondiale, le Premier ministre français Edouard Philippe a salué mardi dans le nord du pays, au côté de son homologue australien, le "sacrifice" des Australiens venus combattre, loin des leurs.

"Nous n'oublierons jamais leur sacrifice, celui de leurs 20 ans (...). Nous n'oublierons jamais qu'il y a cent ans, une jeune et courageuse nation du bout du monde est entrée dans l'Histoire en écrivant avec nous les pages les plus belles et les plus dures de notre aventure collective", a déclaré M. Philippe.

M. Philippe et Malcolm Turnbull inauguraient à Fouilloy, dans la Somme (nord), le centre Sir John Monash, en hommage au général australien qui mena les opérations dans cette région. Ce musée vise à mieux faire connaître le rôle joué par les jeunes soldats australiens, les "diggers".

"Nos deux pays ont perdu les meilleurs de leur génération dans ce conflit effroyable (...) Nous devons nous en souvenir (...) et faire tout notre possible pour résoudre les conflits", a estimé M. Turnbull, en rendant hommage aux soldats morts en France, comme le grand-oncle de sa femme, tué à 26 ans par un obus alors qu'il soignait un combattant.

Il a salué la "stature inégalée" du général Monash, victorieux de la bataille du Hamel le 4 juillet 1918 grâce à une stratégie innovante, et qui "nous a unis autour du concept de nation australienne".

- "La boue, les rats, les poux" -

Le musée Monash a été érigé dans le prolongement du Mémorial australien déjà existant, sur les murs duquel figurent 11.000 noms d'Australiens disparus dans ce conflit, adjacent au cimetière militaire où reposent 2.000 autres combattants.

"La boue, les rats, les poux, le gaz, les obus, la peur, la faim, le froid, les camarades fauchés, nous ne pourrons jamais vraiment nous les représenter. Alors il faut les raconter", a déclaré le chef du gouvernement français.

"Nous devons faire preuve d'imagination pour concevoir l'odeur, le bruit et la fureur de cette guerre", a renchéri M. Turnbull.

Dans le centre Monash, une tranchée a été reconstituée. Et, dans une salle immersive équipée d'écrans à 360 degrés, les visiteurs plongent au coeur des combats.

"Quand vous marchez près des tombes, vous voyez qu'ils ont 19, 20 ans. Ça vous brise le coeur de voir ça", témoigne Greg Henderson, venu de Brisbane, qui a localisé la tombe de son arrière grand-père il y a seulement 3 ans.

Les corps n'ont pas été rapatriés en Australie, rappelle l'administrateur du musée franco-australien, Yves Taté, 84 ans, qui met un point d'honneur à accueillir les familles venues "concrétiser" dans la Somme "leur devoir de mémoire".

La Première Guerre mondiale a aussi permis à l'Australie "d'émerger comme une nation", fondée en 1901, explique le directeur de l'Historial de la Grande Guerre à Péronne, Hervé François.

Leur première opération à Gallipoli en Turquie, le 25 avril 1915, avec les Néo-Zélandais, qui se termina pourtant par une défaite, est considérée comme un "baptême du feu" pour l'armée australienne.

- Centenaire de Villers-Bretonneux -

Les Australiens retiennent aussi la date du 25 avril 1918 à Villers-Bretonneux, à une vingtaine de kilomètres à l'est de la ville d'Amiens.

Cette victoire empêcha les Allemands de progresser vers Amiens, noeud logistique important pour les Alliés.

Mercredi à l'aube, MM. Philippe et Turnbull célèbreront avec le prince Charles, héritier de la couronne britannique, le centenaire de cette bataille. Chaque 25 avril, Australiens et Néo-Zélandais honorent leurs soldats de la Grande Guerre lors de l'Anzac Day (Australia and New Zealand Army Corps).

Villers-Bretonneux fut prise le 24 avril 1918 par les Allemands, qui avaient lancé une grande offensive vers l'ouest, avant d'être libérée par les forces australiennes, qui les encerclèrent par le sud et le nord.

C'est au "point du jour" que les Australiens, aidés par quelques unités britanniques, percèrent les lignes allemandes, ce qui explique la tenue tôt mercredi de la cérémonie, à laquelle 8.000 personnes sont attendues.

Quelque 2.400 Australiens périrent dans la bataille. Au total, environ 46.000 sont morts et 130.000 ont été blessés sur le front occidental de la Grande Guerre, sur les 295.000 qui ont combattu de mars 1916 à novembre 1918. L'Australie comptait à l'époque 5 millions d'habitants.

Vos commentaires