En ce moment
 

La photo AFP d'un pays "qui brûle", premier prix au World Press Photo 2018

La photo AFP d'un pays
Ronaldo Schemidt s'exprime à Paris le 12 avril 2018 devant la photo qu'il a faite lors d'émeutes à Caracas le 3 mai 2017EMMANUEL DUNAND

Le photographe de l'AFP Ronaldo Schemidt a remporté jeudi le prix de la photo de l'année au World Press Photo 2018 pour une image spectaculaire prise pendant des émeutes à Caracas et qui, pour les jurés, symbolise un pays "qui brûle".

L'image qui a reçu cette récompense, la plus élevée des prestigieux prix World Press Photo, a été prise l'an dernier pendant les affrontements entre les forces de sécurité et des opposants au président vénézuélien Nicolas Maduro. Les jurés ont expliqué l'avoir choisie parce qu'elle "déclenche une émotion instantanée".

Basé au Mexique, Ronaldo Schemidt avait été envoyé au Venezuela, pays dont il est originaire, pour couvrir les troubles au printemps 2017. Le 3 mai, il a vu des protestataires s'en prendre à une moto de la Garde nationale dont le réservoir a soudainement explosé au visage de José Victor Salazar Balza, un manifestant de 28 ans.

"J'ai senti le feu dans mon dos et j'ai réagi par réflexe: je me suis mis à prendre des photos sans savoir ce que je photographiais. Ce n'est qu'au bout de quelques secondes que je me suis aperçu qu'il y avait quelqu'un qui brûlait", a raconté à l'AFP Ronaldo Schemidt.

La photo primée montre le manifestant, qui porte un masque à gaz, en train de courir, le corps enveloppé par les flammes. Le jeune homme a subi de graves brûlures, mais il a survécu.

"Sur le moment, je n'ai pas pensé que j'allais gagner un prix avec ça", a poursuivi le photographe. "J'étais vraiment choqué par ce que je voyais. Je n'avais jamais assisté à quelque chose d'aussi violent".

"C'est un reflet de ce qui se pasait alors au Venezuela. Et maintenant c'est encore pire", a-t-il ajouté.

Le prix a été remis jeudi lors d'une cérémonie à Amsterdam.

"La photo de l'année doit raconter un événement", a déclaré la présidente du jury, la directrice de la photographie du magazine Geo France Magdalena Herrera. "Elle doit aussi soulever des questions... Elle doit nous parler et montrer un point de vue sur ce qui s'est passé dans le monde cette année".

"C'est une photo classique, mais elle a une énergie et une dynamique instantanées", a ajouté Mme Herrera. Selon elle, il y a dans l'image de Ronaldo Schemidt "des couleurs, du mouvement et elle est très bien composée. Elle a de la force."

- "Emotions contradictoires" -

Le prix est une récompense aigre-douce pour le photographe vénézuélien de 46 ans qui a quitté son pays il y a dix-huit ans, et dont la famille subit elle aussi les pénuries, l'hyperinflation et les privations provoquées par la crise au Venezuela, liée à la chute des cours du pétrole. Les violences, entre avril et juillet 2017, avaient fait 125 morts.

"Je ressens des émotions contradictoires", a-t-il dit. "Je sais comme tout le monde ce que le Venezuela est en train de traverser".

La photo de Ronaldo Schemidt a aussi obtenu le premier prix dans la catégorie "Spot News" du World Press Photo, dont le jury a examiné cette année quelque 73.000 images envoyées par 4.548 photographes dans 125 pays.

"C'est assez symbolique", a expliqué une des sept jurés, Whitney C. Johnson, directrice adjointe de la photo au National Geographic. "L'homme a un masque sur le visage. C'est comme s'il ne se représentait pas seulement lui-même, ou lui-même en feu, mais aussi l'idée d'un Venezuela qui brûle".

Un autre membre du jury, le photographe de l'AFP en Turquie Bülent Kiliç, a souligné un détail dans la photo: un pistolet dessiné sur le mur, qui crache le mot "paz" (paix). "Cela aussi rend cette image forte", a-t-il estimé.

Deux autres photographes travaillant pour l'AFP, Oliver Scarff et Juan Barreto, ont été récompensés jeudi par le World Press Photo.

Oliver Scarff, photographe freelance basé à Londres, a reçu le premier prix dans la catégorie Sport pour une image en noir et blanc prise pendant un match de football à Ashbourne, en Angleterre. Quant à Juan Barreto, basé à Caracas, il s'est vu remettre le troisième prix dans la catégorie "Spot News" pour des images prises également pendant les troubles au Venezuela.

Vos commentaires