En ce moment
 
 

Le calendrier des Plays-off 1 du Standard fait économiser 80.000 euros à la ville de Liège

sport

(Belga) Le calendrier des Plays-off 1 du Standard permet à la ville de Liège d'économiser 80.000 euros sur le coût de la sécurisation des matches à domicile, a indiqué mardi soir le bourgmestre de Liège Willy Demeyer, bourgmestre de Liège, répondant ainsi à une interpellation au conseil communal.

Dernièrement, dans le cadre d'une question parlementaire au ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V), le député N-VA Brecht Vermeulen avait épinglé le coût de plus en plus élevé de l'encadrement policier pour assurer la sécurité lors des matches de football de Pro League. Willy Demeyer avait alors réagi en insistant sur le surcoût que représentent certains matches s'ils sont joués en week-end. Il avait plaidé en faveur d'une limitation des rencontres le samedi et le dimanche à Liège, déplorant le coût élevé de la sécurisation des matches à domicile pour la police de Liège et par conséquent pour les finances de sa ville. "C'est la police locale qui doit assumer la plus grosse partie du coût du maintien de l'ordre alors que les supporters proviennent des quatre coins de la Belgique et, dès lors, ne contribuent pas au financement de l'encadrement policier qui les protège durant les matches. Il faut rééquilibrer la balance afin que les coûts soient mieux répartis entre les communes et l'Etat fédéral", précise Willy Demeyer. Ce dernier voit donc d'un bon oeil le calendrier des Plays-off 1 du Standard de Liège sachant que les cinq rencontres, pour lesquelles 730 policiers au total seront mobilisés, auront lieu quatre vendredis et un jeudi. "Si ces matches devaient se jouer en week-end, la facture s'élèverait à un peu plus de 200.000 euros, soit 40.000 euros par rencontre. En jouant le jeudi et le vendredi, la facture est réduite de 40 % et passe ainsi à un peu plus de 120.000 euros. Soit un gain de 80.000 euros", s'est réjoui le bourgmestre de Liège, estimant que le rôle des policiers liégeois est d'assurer leurs missions de proximité. (Belga)

Vos commentaires