Le lapsus de Ch. Michel exploité par ceux qui se projettent dans un schéma nauséabond

Le lapsus de Ch. Michel exploité par ceux qui se projettent dans un schéma nauséabond

(Belga) "A aucun moment, Charles Michel ne s'est laissé aller à une comparaison avec les pires horreurs de la seconde guerre mondiale, il n'a fait que répété un argumentaire connu depuis des mois, le danger d'une alliance entre nationalistes et socialistes", a réagi dimanche auprès de l'agence BELGA le porte-parole du Mouvement réformateur pour la campagne, Georges-Louis Bouchez. "Ceux qui prétendent autre chose ont un schéma mental tel qu'ils se projettent dans un référentiel, régulièrement invoqué, chez Ecolo ou le PS, avec des expressions telles les rafles, la collaboration, le bruit des bottes", a-t-il ajouté.

"Jamais le MR ne se laisse aller à des comparaisons aussi hasardeuses, et jamais il ne le fera", précise M. Bouchez. "L'intention n'était pas d'utiliser une référence historique ou de créer la polémique. Il s'agissait de mettre en garde contre un rapprochement entre la N-VA et le PS, comme cela a déjà pu se faire, et on constate d'ailleurs aujourd'hui que le PS défend la N-VA et inversement", ajoute-t-il dans une interprétation des réactions au lapsus de M. Michel sur le national-socialisme. Pour Georges-Louis Bouchez, il faut plutôt parler de "mots mangés dans la puissance du discours". Le porte-parole attend de ceux qui ont porté la critique dimanche, qu'ils "répondent sur le fond à l'argument d'une alliance entre le PS et la N-VA qui constituerait un cocktail nationaliste socialiste de blocage du pays". Selon lui, leur "réaction polémique vise à masquer l'absence de réponse sur le fond". (Belga)

Vos commentaires