En ce moment
 
 

Le maire d'un village en Haute-Savoie contaminé par le coronavirus: depuis plusieurs jours, il craignait que l'épidémie ne se propage

CORONAVIRUS

L'inquiétude grandit au sein du petit village de Haute-Savoie, la Balme-de-Sillingy. Nous vous en parlions cette semaine. Dans cette commune de 5.000 habitants, 6 personnes avaient été testées positives au coronavirus. Face à cela, le maire François Daviet avait pris des mesures radicales. Les établissements communaux avaient été fermés et tout rassemblement interdit.

Malgré cela, les cas de contamination ont augmenté. A présent, c'est le maire de la commune lui-même qui a été testé positif. "Je suis positif. Je vais donc rentrer à l'hôpital et rejoindre les 13 autres habitants de la commune qui sont là-bas. Soyez prudents, ne vous faites plus la bise, ne vous serrez pas la main et déplacez-vous que si vous en avez le besoin", alerte-t-il dans une vidéo postée sur sa page Facebook.

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vendredi dernier, le maire avait expliqué que le virus s'était très certainement propagé lors d'une soirée où plusieurs habitants de la commune étaient présents. "Il y a une soirée où la personne qui a été détectée en premier était présente et tous ceux qui sont positifs aujourd'hui étaient allés à cette soirée", expliquait-il.

100 cas avérés en France depuis fin janvier

Avec 100 cas avérés depuis fin janvier, la France est devenue le deuxième foyer du coronavirus en Europe après l'Italie, conduisant les autorités à annuler les grands rassemblements en milieu fermé ou certains événements comme le semi-marathon de Paris. L'intensification de l'épidémie commence à avoir des effets concrets sur la vie quotidienne de tous les Français.

Cette "politique de prévention plus stricte" a pour objectif de "limiter la diffusion du virus par le brassage des populations", a expliqué samedi le ministre de la Santé Olivier Véran.

2 personnes décédées

Ces mesures ont été décidées lors d'un Conseil de défense et un Conseil des ministres exceptionnels présidés par Emmanuel Macron. Elles correspondent au passage au stade 2 de l'épidémie, annoncé vendredi, sur une échelle de 3.

Elles surviennent alors que la France a symboliquement atteint samedi soir les 100 cas depuis la fin du mois de janvier. Dans le détail : 12 personnes sont guéries, 2 sont mortes et 86 hospitalisées, dont 9 dans un état grave, a détaillé le numéro deux du ministère de la Santé Jérôme Salomon.

 

Vos commentaires