En ce moment
 
 

Le policier stagiaire qui a abattu le tueur de la préfecture de Paris raconte: "Police, pose ton arme !"

Le policier stagiaire qui a abattu le tueur de la préfecture de Paris raconte:
© Image Belga

Celui qui a abattu Mickaël Harpon était un policier stagiaire. Il raconte comment il a stoppé le tueur dans son parcours meurtrier.

Quatre fonctionnaires de la préfecture de Paris ont été tués par Mickaël Harpon, agent administratif de la PP, présenté comme radicalisé et travaillant au sein du service de renseignement. C'est à l'aide de ces couteaux qu'il a attaqué, entre 12H53 et 13H00, plusieurs de ses collègues, avant d'être abattu par un jeune policier dans la cour de la préfecture.

Celui qui a abattu Mickaël Harpon était un policier stagiaire. Âgé de 24 ans, il était sorti de l'école depuis moins d'une semaine. Au micro de France 3, il raconte la scène d'horreur à laquelle il a été confronté. "Une collègue qui venait de la cour de la préfecture m'a apostrophé, sanglotante et affolée. Elle a affirmé qu'un terroriste se trouvait dans l'enceinte, armé d'un couteau et qu'il venait de poignarder plusieurs collègues", raconte-t-il. 

A ce moment, Mickaël Harpon avait déjà poignardé mortellement quatre policiers. Aurélia, Damien, Anthony et Brice ont tous succombé à leurs blessures. L'assaillant se rend ensuite dans la cour d'honneur de la préfecture de police. Là, se trouve le jeune policier stagiaire. Ce dernier comprend très vite qu'un drame est en train de se jouer.

Police, pose ton arme !

"Il tenait dans sa main un couteau de cuisine avec une grande lame pleine de sang (...)", rapporte le jeune homme. Michaël Harpon l'affronte du regard et refuse d'obtempérer à ses injonctions. "Police, pose ton arme", lance le gardien de la paix. Mais face à lui, le tueur est plus que déterminé.

Il s'avance, couteau en main et se met à courir. C'est alors que le policier tire une première fois, touchant l'assaillant au torse. Ce dernier est blessé mais continue à avancer. Le policier tire alors une seconde fois et tue Mickaël Harpon. Un acte héroïque qui sera prochainement récompensé. Le gardien de la paix, qui reste anonyme, va recevoir une décoration.

Vos commentaires