Macédoine: le Parlement ratifie l'accord sur le nom

Macédoine: le Parlement ratifie l'accord sur le nom
L'accord sur le nom de la Macédoine a été signé le 17 juin 2018, sur les bords du lac Prespa, à la frontière entre la Grèce et la MacédoineMaja ZLATEVSKA
Grèce

Le Parlement macédonien a ratifié mercredi l'accord conclu dimanche avec la Grèce pour rebaptiser le pays en "République de Macédoine du nord", première étape d'un processus incertain avant sa mise en œuvre.

L'accord, qui doit mettre un terme à un litige vieux de 27 ans entre les deux pays européens, doit en effet être soumis à un référendum, dont la date n'a pas été fixée et pour lequel l'opposition de droite nationaliste devrait appeler à voter "non".

Une révision constitutionnelle devra ensuite de nouveau être validée par le Parlement, mais à la majorité des deux tiers. Le gouvernement dirigé par le social-démocrate Zoran Zaev ne dispose pas pour l'heure de cette majorité.

"Nous avons un accord qui définit clairement notre identité, notre langue macédonienne pour toujours", a déclaré Zoran Zaev, pour exhorter les députés à l'approuver, ce qu'ils ont fait par 69 voix sur 120.

Les élus de la droite nationaliste n'étaient pas présents dans la salle pour le vote. La procédure de ratification avait débuté mardi, le texte ayant été examiné par la commission parlementaire des Affaires européennes avant de revenir mercredi devant les députés pour un vote définitif.

En échange de cet accord, Skopje espère obtenir une ouverture rapide des négociations d'adhésion à l'Union européenne, ainsi qu'une invitation à rejoindre l'Otan.

"Le Conseil de l'Otan nous a informés de sa décision de mettre à l'ordre du jour du sommet des 11 et 12 juillet, l'invitation adressée à la Macédoine pour rejoindre l'Alliance", a assuré Zoran Zaev.

Toutefois, si le gouvernement macédonien échoue à faire passer la révision constitutionnelle, "l'invitation de l'Otan est annulée et les négociations avec l'UE ne bougent pas", avait prévenu le Premier ministre grec Alexis Tsipras.

La Grèce dénie à son petit voisin l'usage du simple nom de "Macédoine", sans attribution géographique supplémentaire, considérant que c'est celui de sa province septentrionale.

Vos commentaires