En ce moment
 
 

Entre Macron et l'opposition, le début de la guerre des nerfs

 

A découvrir

France2022
 

L'opposition a renvoyé jeudi la balle dans le camp d'Emmanuel Macron, refusant l'idée d'un gouvernement de coalition, tout en souhaitant redonner au Parlement tout son rôle dans l'examen de textes "au cas par cas".

"C'est lui qui est au pied du mur, pas nous (...) S'il reste sur son projet, il n'a pas de majorité absolue, et c'est lui qui est coincé, c'est lui qui va bloquer la France", a résumé la députée Nupes-PS Valérie Rabault.

Avant de s'envoler jeudi pour un sommet européen à Bruxelles, le chef de l'Etat, qui n'a obtenu qu'une majorité relative, avait écarté mercredi soir devant 15,5 millions de téléspectateurs l'hypothèse d'un gouvernement d'union nationale, testée auprès de certains dirigeants de partis.

Il a aussi demandé à la coalition de gauche Nupes, au Rassemblement national et aux Républicains de "dire en toute transparence jusqu'où ils sont prêts à aller" pour "bâtir des compromis": "entrer dans une coalition de gouvernement et d'action (ou) s'engager à voter simplement certains textes, notre budget".

Alors qu'il avait réclamé une réponse à courte échéance, à son retour de Bruxelles vendredi après-midi, la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a assuré qu'il n'avait "pas fixé un ultimatum de 48 heures".

La Première ministre Elisabeth Borne s'est dite, sur LCI, "très confiante qu'on puisse trouver des députés pour voter des textes parce qu'on a intégré leurs propositions".

"Personne n'a le monopole des bonnes idées. Le dialogue, l'écoute permettent d'améliorer les bons projets. Il faut que ce soit une chance pour la France", a-t-elle ajouté.

- "Chèque en blanc" -

La Nupes veut, elle, "des choses très concrètes", par exemple voir dans le projet de M. Macron le Smic à 1.500 euros, tandis que le député Nupes-EELV Julien Bayou promet des propositions sur l'écologie de la part de la gauche unie.

A droite, LR "refuse" tout contrat de coalition qui effacerait les "convictions" politiques de chacun. "Donc ce sera pour nous le cas par cas" sur le vote de textes au Parlement, a répété le président du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau.

Les Républicains comptent eux-mêmes proposer des mesures la semaine prochaine, a rappelé le nouveau chef de file de leur groupe Olivier Marleix, qui refuse de faire un "chèque en blanc", au chef de l'Etat.

Marine Le Pen, élue par acclamation car seule candidate jeudi à la tête d'un groupe RN fort de 89 députés, a promis que ceux-ci "examiner(aient) les textes à la lumière de l'intérêt des Français et de la France".

Mais dans les rangs macronistes, on ne désespère pas de pouvoir parvenir à un élargissement de la majorité.

Elisabeth Borne a commencé jeudi à s'entretenir avec les présidents des groupes parlementaires fraîchement élus au Palais Bourbon. Les discussions se poursuivent vendredi. En attendant, elle a assuré ne pas se poser de questions sur son avenir à Matignon, alors que plusieurs figures de l'opposition ont réclamé sa démission.

Interrogé sur LCI si elle allait engager sa responsabilité le 5 juillet lors de la Déclaration de politique générale, elle a dit qu'elle n'avait "pas tranché ce point" encore.

- "Nouveaux accidents" électoraux -

Proche d'Edouard Philippe et membre fondateur d'Horizons, Gilles Boyer a confirmé que le parti allié à la majorité continuait d'essayer de constituer une "coalition" avec certains LR, PS ou EELV, c'est-à-dire "identifier les grandes réformes sur lesquelles nous pourrions trouver des points d'accord et ensuite bâtir un accord de gouvernement", prédisant "plusieurs jours, semaines voire quelques mois de discussions" pour y parvenir.

Mais "l'idée qu'il suffit de recréer une majorité qui n'a pas été donnée par les électeurs" pour "continuer le business as usual" (NDLR: les affaires comme d'habitude) n'est pas possible, a mis en garde François Bayrou (MoDem), autre allié macroniste, en pointant le risque "de nouveaux accidents" électoraux.

Le "dialogue" avec l'opposition est "enclenché" pour "plusieurs jours, peut-être même plusieurs semaines", a assuré la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, en précisant que le chef de l'Etat "reverra possiblement les présidents des forces politiques et échangera avec eux en étant à l'écoute".

Dans l'immédiat, une autre bataille se joue dans l'Hémicycle pour la présidence de la commission des Finances, qui doit revenir à un membre de l'opposition. Gauche et RN affûtent leurs armes: le LFI Eric Coquerel et le RN Jean-Philippe Tanguy sont "candidats", alors que la PS Valérie Rabault se dit "intéressée" par le poste.

Le vote aura lieu le 30 juin.

Les groupes de la coalition Nupes (LFI, PS, EELV, LFI), qui ont tenu jeudi leur première réunion en intergroupe et promis des propositions communes, notamment sur le pouvoir d'achat, ont assuré qu'ils présenteraient des "candidatures communes" à tous les postes clés de l'Assemblée.


 

Vos commentaires