En ce moment
 
 

Macron impressionne Trump lors de son discours: "L'Amérique jamais aussi grande que lorsqu'elle se bat pour la liberté des autres"

Le président français Emmanuel Macron a plaidé jeudi dans son discours commémorant le débarquement du 6 juin 1944, en présence du président américain Donald Trump, hostile au multilatéralisme, à "ne jamais cesser de faire vivre l'alliance des peuples libres".

"Nous ne devons jamais cesser de faire vivre l'alliance des peuples libres", a-t-il dit, citant ensuite comme exemples de cette alliance l'Organisation des Nations unies, l'Otan et l'Union européenne, autant d'institutions que Donald Trump critique régulièrement.

Il faut "retrouver le sel, saisir à nouveau les raisons de cet engagement", a déclaré le président français, qui se pose régulièrement en héraut du multilatéralisme. Donald Trump est au contraire partisan d'une approche contractuelle et bilatérale des relations internationales, fait peu de cas de ces institutions nées dans la foulée de la capitulation nazie et chamboule l'ordre international en place.

"L'Amérique n'est jamais aussi grande que lorsqu'elle se montre fidèle aux valeurs universelles que défendaient ses pères fondateurs, lorsqu'il y a près de deux siècles et demi la France vint soutenir son indépendance", a ajouté le président français lors de cette cérémonie solennelle, en présence de vétérans qu'il a décorés de l'ordre de la légion d'honneur.

"Fierté de notre Nation" 


"Vous êtes la fierté de notre Nation", a de son côté lancé M. Trump à l'adresse des vétérans américains présents, dont une cinquantaine du Jour J.

"Il y a 75 ans jour pour jour, sur ces côtes, sur ces falaises, 10.000 hommes ont versé leur sang et des milliers ont sacrifié leur vie pour leurs frères, leurs pays, et pour la survie de la liberté", a-t-il ajouté, avant de louer les liens "indestructibles" entre les Etats-Unis et leurs alliés.

En début de la matinée, Theresa May et Emmanuel Macron avaient entamé ces célébrations côté français en dévoilant la première pierre du futur mémorial en hommage aux militaires britanniques, à Ver-sur-Mer (Calvados).

Le président français a réaffirmé la solidité "des liens singuliers" entre la France et le Royaume-Uni malgré la perspective du Brexit, et juste le prochain départ de Mme May de la tête du gouvernement britannique.

Un impressionnant dispositif de sécurité a été déployé dans toute la région. Au total, 5.700 membres des forces de l'ordre ont été mobilisés, principalement pour sécuriser les lieux concernés par ces célébrations; sites historiques et mémoriels, axes de circulation, etc... Des démineurs de la Sécurité civile ont été requis, de même que 500 pompiers et 12 équipes de SAMU.

MM. Macron et Trump devaient se retrouver en milieu de journée pour un tête-à-tête très attendu, qui aura lieu à la préfecture de Caen.

Leurs relations ne sont plus, loin s'en faut, au beau fixe.

Le 13 novembre, à peine rentré de Paris, où il avait célébré la paix avec d'autres dirigeants du monde, Donald Trump s'était vivement attaqué à son homologue français. Les Français "commençaient à apprendre l'allemand à Paris avant que les États-Unis n'arrivent", avait-il affirmé, en référence à l'occupation par l'Allemagne nazie à partir de 1940 jusqu'à la libération par les Alliés.

La FSU, la CGT et la France insoumise ont appelé à manifester jeudi à 17h30 à Caen contre la venue de Donald Trump, qui incarne, selon eux, "le racisme, le sexisme et le climato-négationnisme".

"Ne jamais oublier" 


Mercredi à Portsmouth, Donald Trump, Emmanuel Macron et la reine Elizabeth II ont donné le coup d'envoi des célébrations de ce 75e anniversaire.

Les 16 pays représentés ont adopté une "Déclaration" pour "faire en sorte que les sacrifices du passé ne soient jamais vains et jamais oubliés". Leurs représentants ont assisté mercredi soir au départ en bateau de 300 vétérans britanniques pour la France.

Jeudi après-midi, Emmanuel Macron doit rendre hommage au commando Kieffer, après avoir rencontré deux vétérans français à Bayeux.

Au total plus de 280 événements ont été labellisés pour ce 75e anniversaire. De cinq à six millions de touristes sont attendus en 2019 sur les sites historiques normands.

Près de 3.000 civils normands ont perdu la vie les 6 et 7 juin, soit presque autant que de militaires alliés le Jour J.

Vos commentaires