En ce moment
 
 

Manche: le ministre britannique de l'Intérieur critique les demandeurs d'asile

Manche: le ministre britannique de l'Intérieur critique les demandeurs d'asile
Le ministre britannique de l'Intérieur Sajid Javid rend visite aux équipes de la Border force à Douvres, dans le sud-est de l'Angleterre, le 2 janvier 2018 Gareth Fuller

Le ministre britannique de l'Intérieur Sajid Javid a mis en doute le statut de demandeur d'asile des migrants qui risquent leur vie en tentant de traverser la Manche à bord de fragiles embarcations, lors d'une visite mercredi à Douvres.

"Si vous êtes un véritable demandeur d'asile, pourquoi n'avez-vous pas demandé l'asile dans le premier pays sûr où vous êtes arrivé ?", s'est-il interrogé, alors que ce genre de traversées se multiplient.

Selon M. Javid, 539 migrants ont tenté de traverser la Manche à bord de petites embarcations en 2018, dont 80% dans les trois derniers mois. Ils étaient selon lui 230 pour le seul mois de décembre.

Le ministre s'est en particulier étonné que les migrants ne déposent pas leurs demandes d'asile en France : "La France n'est pas un pays dont quiconque défendrait qu'il n'est pas sûr."

M. Javid a évoqué des traversées "incroyablement dangereuses" et s'est efforcé de décourager les candidats au voyage. "Si vous arrivez au Royaume-Uni, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que vous ne réussissiez pas, parce que nous devons briser cette filière. Briser cette filière veut dire sauver plus de vies".

Ces propos lui ont attiré les critiques d'une responsable de l'organisation d'aide aux réfugiés Refugee Action, Lisa Doyle, qui a déploré des commentaires "profondément préoccupants".

"Il est honteux que le ministre de l'Intérieur semble avoir besoin qu'on lui rappelle que la demande d'asile est un droit et que le Royaume-Uni a l'obligation d'examiner les demandes, et de protéger ceux qui en ont besoin", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Oxfam a abondé dans le même sens. "Tous ceux qui arrivent dans ce pays pour se protéger de la guerre ou de la persécution devraient voir leur demande d'asile prise en considération. La rejeter parce que nous n'aimons pas la manière dont ils arrivent serait illégal et constitue une insulte à l'équité et au sens moral", a réagi Jon Date, responsable des relations avec le gouvernement de l'ONG, dans un communiqué.

La députée travailliste Stella Creasy a aussi accusé M. Javid sur Twitter de "normaliser la rhétorique anti-réfugiés". "Le système d'asile français est complètement bloqué, intentionnellement, j'en ai peur - et ils devraient être critiqués là-dessus", a noté la parlementaire. "Mais rien de tout cela n'absout la Grande-Bretagne de sa responsabilité envers les réfugiés."

M. Javid avait annoncé lundi un renforcement des patrouilles de la police aux frontières britannique sur la Manche, notamment grâce au redéploiement de deux navires basés en Méditerranée.

Un "plan d'action renforcé" avec la France avait été décidé la veille, prévoyant plus de patrouilles, une lutte accrue contre les trafiquants et des efforts de sensibilisation auprès des migrants.

Vos commentaires