En ce moment
 

Mélenchon dénonce une "manœuvre" de Macron après son audition

(Belga) Jean-Luc Mélenchon a dénoncé une "manœuvre" du président Macron, après avoir été entendu par les policiers anticorruption jeudi, deux jours après des perquisitions houleuses à LFI.

"Monsieur Macron, il est temps de rembobiner votre film, tout ça est raté. La manœuvre est complètement ratée", a déclaré Jean-Luc Mélenchon, à la sortie de cinq heures d'audition par les policiers anticorruption de l'Oclciff à Nanterre, qui enquêtaient sur sa campagne présidentielle et sur les assistants d'eurodéputés de son parti. "Au départ, ça devait être 'le remaniement est fait', le magnifique Jupiter apparaît à la télé... Et le lendemain Mélenchon passe pour un escroc parce qu'il a été perquisitionné (...) Bref, la manœuvre de Monsieur Macron est ratée", a expliqué le dirigeant de la France insoumise devant la presse. Mardi, jour de l'annonce du remaniement gouvernemental, les sièges de LFI et du Parti de gauche et les domiciles de Jean-Luc Mélenchon et d'anciens assistants avaient été perquisitionnés dans une ambiance très tendue, qui a donné lieu à des accrochages avec la police. Le responsable s'était insurgé de cette "énorme opération de police politique" à son encontre, et avait appelé ses proches, dans une scène filmée par des journalistes, à "enfoncer la porte" du siège parisien de LFI où une perquisition était en cours. Après ces incidents, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "menaces ou actes d'intimidation contre l'autorité judiciaire" et "violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique". M. Mélenchon est par ailleurs visé par une enquête sur des présumés emplois fictifs d'assistants parlementaires européens, ouverte à la suite de signalements de l'ex-eurodéputée FN Sophie Montel. Une autre enquête porte sur ses comptes de campagne pendant la présidentielle. Elle a été lancée après deux signalements à la justice: l'un du président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), l'autre de la cellule française de renseignement financier Tracfin. Des responsables politiques du sud de la France, de droite comme de gauche, ont par ailleurs critiqué jeudi le chef de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, qui avait tourné en dérision une journaliste en imitant son accent du sud, certains y voyant une marque de "mépris" et d'"arrogance". "Il est tellement beau notre accent du Sud Ouest! ", a commenté la secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, née dans les Landes. "Plein de soleil et plein de terroir. Le vôtre @JLMelenchon est rempli d'arrogance". Le président LR de la région PACA Renaud Muselier a également apostrophé le leader de la France insoumise: "Monsieur Mélenchon si l'accent chantant du Sud et de la Méditerranée vous semble méprisable, vous n'avez rien à faire à Marseille!". (Belga)

Vos commentaires