En ce moment
 
 

Meurtre d'une joggeuse: "les preuves font défaut", l'acquittement requis

Meurtre d'une joggeuse:
Croquis d'audience de Laurent Dejean le 14 mars 2019Manon BILLING

"Il est possible que Laurent Dejean soit coupable mais les preuves font défaut": L'avocat général de la cour d'assises de Haute-Garonne a requis jeudi l’acquittement de l'homme jugé pour le meurtre de Patricia Bouchon le jour de la Saint-Valentin en 2011 près de Toulouse.

"L'intime conviction n'est pas une intime émotion", a affirmé David Sénat, démontant méticuleusement un "dossier vide" et soulignant la "fragilité" du témoignage qui avait conduit les gendarmes à interpeller Laurent Dejean.

La disparition de Patricia Bouchon, le 14 février 2011 à Bouloc, avait été signalée par son mari, inquiet de ne pas la voir revenir de son jogging quotidien au petit matin. Le corps de cette mère de famille de 49 ans n'avait été retrouvé qu'un mois et demi plus tard, dissimulé dans une conduite d'eau, le crâne enfoncé.

Cinq jours après la disparition, un témoin s'était présenté aux enquêteurs "à la demande de sa mère", a précisé M. Sénat.

Cet homme a déclaré que quelques secondes après avoir croisé une joggeuse il avait failli emboutir une Clio stationnée à contre sens, tous feux éteints, dans laquelle se trouvait un homme barbu.

A partir de ce témoignage, un portrait robot du suspect a été réalisé et plusieurs personnes ont affirmé reconnaître Laurent Dejean, dont son ex-compagne.

- "On s'y attendait" -

"Fragilité du témoignage humain", a raillé l'avocat général, pointant notamment l'incertitude du témoin principal sur la couleur de la Clio, ou ses erreurs d'identification du suspect sur photo.

"Un témoignage est déterminant, et sans ce témoignage, il n'y a quasiment rien dans le dossier", a justifié l'avocat général dans son long réquisitoire, démontant point par point cet élément essentiel de l'enquête.

"On n'est pas surpris, on s'y attendait. On ne peut pas nier qu'il n'y ait pas de preuves évidentes de la culpabilité de Laurent Dejean mais on ne peut pas nier que tous les indices mènent à lui", a déclaré à la presse après les réquisitions la fille de la victime, Carlyne Bouchon.

Fin 2017, l'avocat général de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse avait estimé qu'il n'y avait pas, dans le dossier de plus de 40.000 pièces, les éléments nécessaires pour un renvoi devant les assises.

La chambre de l'instruction avait finalement tranché en faveur du renvoi devant un jury populaire.

Depuis son interpellation quatre ans après les faits, Laurent Dejean, un ouvrier plaquiste, aujourd'hui âgé de 39 ans, schizophrène et placé sous curatelle, a constamment clamé son innocence.

"Ça fait quatre ans que je suis enfermé, mais je suis innocent" a-t-il inlassablement répété au cours de ces 11 journées d'audience.

L'accusé est resté la plupart du temps impassible, le regard fixe comme étranger à son procès.

- "Un loup"-

Jeudi matin, les avocats de la partie civile, Mes Lena Baro et Stéphane Julliard, ont repris tous "les éléments convergents" du dossier.

Me Baro a ainsi rappelé qu'auditionné par les gendarmes, Laurent Dejean avait affirmé avoir aperçu une tâche de sang en se rendant à son travail alors même que "la scène de crime n'avait pas été découverte".

Selon l'avocate, l'accusé avait également dit avoir aperçu qu'il manquait "deux galets" sur un chemin à proximité de la route, précisément sur la scène de crime, et que ces galets "pouvaient être l'arme du crime".

Me Julliard s'est attaché à démontrer que "la toxicomanie" de l'accusé qui consommait du cannabis et de la cocaïne, constituait "l'accélérateur de sa maladie", une schizophrénie paranoïde selon les termes de l'expert psychiatre. "Laurent Dejean à cette époque est un loup qui ne supporte plus sa maladie", a indiqué l'avocat.

Dernier à plaider, Me Guy Dubuisson qui avec son fils Pierre assure la défense de Laurent Dejean, a demandé aux jurés non sans autorité, que son client bénéficie "du doute" : "Vous ne pouvez pas condamner si vous n'avez pas de certitude".

Devant une salle pleine, le pénaliste toulousain a mis en garde contre "une erreur judiciaire" évoquant plusieurs dossiers retentissants. "Si l'on ne sait pas, il ne faut pas en faire le reproche à l’accusé mais à l'enquête", a tonné Me Dubuisson.

Le verdict est attendu vendredi.

Vos commentaires