Michelle pense avoir été victime du violeur de la Sambre: "Il m'a mis le couteau sous la gorge et a dit: 'Si tu parles, je te tue'"

Michelle pense avoir été victime du violeur de la Sambre:

L'enquête sur le violeur en série présumé arrêté dans le nord de la France s'annonce vaste: aux 19 faits visés par l'information judiciaire ouverte en 1996 s'ajoute la perspective d'une vingtaine d'autres, dont certains potentiellement en Belgique.

Michelle a tenu à témoigner après avoir entendu les déclarations des victimes du violeur de la Sambre. Elle a été violée en 2002 dans le Nord de la France, près de la Belgique. Et elle retrouve de nombreuses similitudes avec ce qu'elle a vécu.

"J'allais travailler, comme d'habitude. Puis je suis rentrée dans la salle et il m'a sauté dans le dos. Il m'a coupé la respiration puis il m'a mis le couteau sous la gorge et m'a dit: 'Si tu parles, je te tue'. Il m'a attaché les mains, les pieds, et se mettait toujours en retrait pour que je ne puisse pas voir son visage".

"Ma collègue est arrivée et il l'a repoussée avec ses grosses mains. Maintenant je voudrais savoir si c'est lui, parce que lui connait mon visage, mais moi je ne le connais pas. Je voudrais savoir de sa bouche si c'est lui qui m'a salie. Si c'est lui, tant mieux, on sera tranquille", a conclu Michelle.


Des aveux spontanés qui contraint les enquêteurs à un intense travail d'investigation

C'est dans la vallée industrieuse de cette la Sambre, rivière franco-belge, qu'il aurait commis les 19 viols et agressions sexuelles relevant de l'information judiciaire ouverte en 1996. Avec un mode opératoire récurrent: les femmes étaient attaquées de dos, au petit matin, par un homme ganté et au visage couvert.

Son audition devant un juge d'instruction "dans trois semaines", comme l'a indiqué son avocat Jean-Benoit Moreau, ne portera que sur les 19 affaires du dossier et il appartiendra éventuellement au parquet "d'étendre la saisine du juge d'instruction" à d'autres affaires.

Mais les aveux spontanés du violeur présumé portent sur une quarantaine de faits, contraignant les enquêteurs à un intense travail d'investigation.

Vos commentaires