En ce moment
 
 

Nader a tenté de parler au chauffeur du "camion de la mort" à Nice: "Il s'est arrêté juste devant moi après avoir écrasé beaucoup de personnes"

  • "Nous avons essayé de parler au conducteur du camion"

  • "Un camion a foncé sur tout le monde"

  • "Ils ont pris des nappes blanches des tables pour recouvrir les cadavres"

 
Nice

Le feu d'artifice du 14 juillet vient de s'achever sur la célébrissime Promenade des Anglais à Nice quand un mouvement de panique se déclenche. Un camion fonce dans la foule, faisant au moins 80 morts et 18 personnes en urgence absolue. Nader, témoin du drame, a raconté la scène à BFMtv.

Un attentat le jour même de la fête nationale, à Nice. Un homme au volant d'un camion a commis un carnage jeudi soir, quelques instants après la fin du feu d'artifice du 14 juillet, tuant au moins 84 personnes en leur fonçant dessus sur la Promenade des Anglais.

Plusieurs témoins ont décrit des personnes se jetant en contrebas de la Promenade des Anglais sur la plage pour échapper au camion. BFMtv a recueilli le témoignage de Nader. "J'étais dans la rue. Il s'est arrêté juste devant moi après avoir écrasé beaucoup de personnes", raconte Nader à BFMtv. Avec un homme, ils ont "essayé alors de parler au chauffeur pour qu'il s'arrête. Il semblait nerveux. Il y avait une fille sous le véhicule, il l'a écrasée. L'homme a côté de moi l'a tirée", poursuit-il. Selon Nader, le chauffeur a sorti un pistolet et a commencé à tirer sur la police. C'est à ce moment là qu'"ils l'ont tué, il avait la tête qui sortait".

Le bilan provisoire de l'attentat s'élève à 84 morts, parmi lesquels plusieurs enfants, tandis qu'une vingtaine de personnes sont toujours dans un état d'"urgence absolue".

Avant les attentats de novembre 2015, la France avait déjà basculé dans l'ère de la violence jihadiste en janvier 2015 lors des attaques qui avaient visé l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et un supermarché casher à Paris, et qui avaient fait 17 morts. Plusieurs autres tentatives ont aussi été déjouées depuis.

Vos commentaires