En ce moment
 
 

Nordahl Lelandais est décrit comme un "sex-addict" aux penchants pédophiles par les experts

Nordahl Lelandais est décrit comme un
 
Nordahl Lelandais
 

Le 19 mars dernier, le  parquet de Grenoble avait requis le renvoi de Nordahl Lelandais devant la cour d'assises de l'Isère pour le meurtre de la petite Maëlys en 2017. Nordahl Lelandais est accusé du meurtre précédé de "l'enlèvement/séquestration de la mineure de (moins de) 15 ans" Maëlys de Araujo, d'agressions sexuelles sur deux de ses petites cousines mineures et d'enregistrement d'images pédopornographiques.

Le trentenaire ne sera pas jugé pour viol, le parquet n'ayant pas obtenu gain de cause sur ce volet de l'affaire avec son réquisitoire supplétif déposé près des juges d'instruction. Après débat contradictoire, les magistrates chargées du dossier avaient décidé de placer Nordahl Lelandais sous le statut de témoin assisté, ce qui était leur seule option juridique dès lors qu'elles excluaient sa mise en examen.

Un sex-addict (…) en recherche addictive d'expériences nouvelles

Le Parisien révèle le contenu des expertises accablantes du meurtrier présumé de la petite Maëlys. Dans ces rapports repris par de nombreux médias dont Midi Libre, les experts évoquent un homme dangereux sur le plan psychiatrique. Il est décrit comme "un sex-addict (…) en recherche addictive d'expériences nouvelles, majoritairement hétérosexuelles, mais aussi homosexuelles, de domination-soumission et sans doute pédophile". Des fichiers pédopornographiques avaient par ailleurs été découverts sur son téléphone portable. 

Le meurtrier présumé a toujours nié ses penchants pédophiles. Lors d'un interrogatoire, il avait déclaré: "Je n'ai pas une attirance pour les petites filles, mais j'ai eu des passages d'attirance. Ce n'est pas quelque chose qui m'obsède". 

Nordahl Lelandais est par ailleurs mis en examen pour agression sexuelle sur trois petites cousines. Il est également accusé du meurtre du caporal Arthur Noyer, pour lequel un procès est prévu du 3 au 12 mai 2021 devant la cour d'assises de la Savoie.


 




 

Vos commentaires