En ce moment
 
 

Nordahl Lelandais, un ex OMNIPRESENT: "Il mettait des pyramides de galets sur ma route pour que je sache qu'il était là" (vidéo)

Nordahl Lelandais, un ex OMNIPRESENT:
© Capture France 2
Nordahl Lelandais

Nordahl Lelandais est mis en examen pour le meurtre de Maëlys De Araujo en août 2017, ainsi que pour l'assassinat du caporal Arthur Noyer en avril de la même année, et des agressions sexuelles sur des petites cousines.

Karine (prénom d'emprunt) est une ex-compagne de Nordahl Lelandais. Il y a quelques semaines, nous vous rapportions ces troublantes confidences. Dans les colonnes du Parisien, la jeune femme décrivait Nordahl Lelandais comme un homme manipulateur, violent, pervers narcissique...

Pour la première fois, Karine a accepté de parler devant une caméra, visage caché. Dans l'émission "Envoyé spécial" diffusée sur France 2, elle poursuit ses révélations. Elle décrit l'ex-militaire comme un homme "froid" qui s'emportait facilement notamment lorsqu'il était au volant. En 2016, fatiguée de ses excès de colère et de son comportement instable, elle avait fini par le quitter. Et c'est là que la traque a commencé...

Et puis vous, vous arrêtez de le provoquer, un peu !

Elle décrit une nuit d'horreur dans un bois durant laquelle Nordahl l'aurait menacé, tronçonneuse dans le dos. Au micro de nos confrères de France 2, Karine raconte que son ex avait l'habitude de bâtir "des pyramides de galets sur la route". Une façon de lui rappeler qu'il était là... Partout et tout le temps. "Je le vois tous les jours, il rôde et me met la pression. Je suis prisonnière et piégée", confie-t-elle. 

"Je pense que c'est quelqu'un qui avait envie de créer de la terreur, qu'il y avait une forme de sadisme à avoir sa proie", lâche-t-elle. Elle raconte avoir déposé plainte à plusieurs reprises. En vain. Selon elle, les autorités lui auraient clairement fait comprendre que tout était de sa faute. "Et puis vous, vous arrêtez de le provoquer, un peu !", lui aurait lancé un gendarme. Aujourd'hui Karine veut être reconnue comme une victime.


 

Vos commentaires