Opéré de la carotide sans anesthésie, André, 94 ans, raconte son CALVAIRE: "Quand il a coupé, j'ai commencé à gueuler"

Opéré de la carotide sans anesthésie, André, 94 ans, raconte son CALVAIRE:

En janvier dernier, André, un homme de 94 ans, a été opéré de la carotide, en France. Mais l'anesthésie locale n'a pas fonctionné. Il a tout senti. Le chirurgien a quand même voulu poursuivre l'opération. Un reportage de Vincent Jamoulle.

André a été opéré de la carotide il y a un mois en France. L'intervention était inévitable. Mais au bloc opératoire, rien ne s'est passé comme prévu. Le patient a ressenti une vive douleur au cou. L'anesthésie locale prévue n'a pas produit l'effet escompté et l'homme a senti le bistouri pénétrer dans sa chair. "Quand il a coupé, j'ai commencé à gueuler. J'ai dit 'hé là, ça ne va pas, hein'. Ils se sont regardés l'air de dire 'Il n'est pas endormi'. Mais il a continué", a expliqué André avant de poursuivre son récit : "Le chirurgien a dit 'Bon ! Puisque c'est ouvert, je suis obligé de continuer", a détaillé l'homme de 94 ans.

L'opération a duré une heure. Durant 60 minutes, André a ressenti les pinces, les bistouris, le fil et les aiguilles. "Comme je n'étais pas endormi, à chaque fois qu'il touchait quelque chose ça faisait mal", a confié le Français.


"Je veux savoir pourquoi on m'a fait souffrir comme ça"

Quelques jours plus tard, André et son épouse Mireille ont reçu le compte-rendu de l'intervention. Mais l'incident n'est mentionné nulle part. "Est-ce que c'est parce que c'est une personne âgée ? On peut se faire des idées quand on a aucune explication... Parce que c'est une personne âge ça n'a aucune importance ? ", a lancé Mireille.

"Je veux savoir pourquoi on m'a fait souffrir comme ça", a précisé André. Ce dernier a écrit à l'hôpital. Il veut savoir s'il y a eu une erreur de dosage, si les médecins auraient pu arrêter l'opération ou utiliser un autre produit. L'homme de 94 ans souhaite avoir des réponses.

Le nonagénaire doit se faire opérer pour la carotide du côté gauche, mais il hésite fortement à retourner en salle d'opération.

Vos commentaires