En ce moment
 
 

A Paris, un homme tue 4 policiers à la préfecture de police avant d'être abattu: sa femme a été placée en garde à vue

A Paris, un homme tue 4 policiers à la préfecture de police avant d'être abattu: sa femme a été placée en garde à vue
© Image Belga

Quatre policiers ont été tués à coups de couteau, jeudi à l'intérieur de la préfecture de police de Paris, agressés par un employé qui a été ensuite abattu par les forces de l'ordre, a-t-on appris de sources concordantes.

L'agression s'est produite en début d'après-midi à l'intérieur de ce lieu emblématique, situé dans le centre historique de la capitale, qui regroupe les grandes directions de la police parisienne à l'exception de la police judiciaire.

L'assaillant, abattu dans la cour de la préfecture, travaillait à la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), ont indiqué des sources concordantes. Les enquêteurs explorent notamment la piste d'un conflit personnel, selon ces sources.

La femme de l'homme abattu après avoir tué quatre fonctionnaires de la préfecture de police jeudi a été placée en garde à vue, a annoncé le parquet de Paris.

Quelques minutes auparavant, le procureur de Paris, Rémy Heitz, avait annoncé qu'une perquisition était en cours au domicile de cet homme âgé de 45 ans, dans le cadre d'une enquête ouverte pour "homicides volontaires et tentatives d'homicides volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique".

Que s'est-il passé?

L'assaillant a mené son "parcours meurtrier" "entre 12H30 et 13H00" dans l'enceinte même de la préfecture de police où il travaillait, a affirmé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

L'homme a d'abord poignardé avec un couteau de cuisine trois personnes qui se trouvaient dans les bureaux de son service, la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP).

Dans un escalier, il a ensuite agressé une agent administratif de la Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP) et une autre employée de la Direction des ressources humaines. La première est mortellement blessée.

L'assaillant est alors descendu dans la cour du 19 août 1944, la cour centrale de la PP. Après lui avoir intimé l'ordre de lâcher son couteau, un policier de la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) l'a abattu avec son arme de service. Il a été touché mortellement à la tête.

Un autre policier de la DSPAP, blessé à l'épaule, a été transporté en "urgence absolue" à l'hôpital Percy de Clamart.

L'agresseur travaillait au service informatique de la DRPP et souffrait d'un handicap. En début d'après-midi, le lieu était placé sous haute sécurité: le périmètre était bouclé, une dizaine de camions de pompiers étaient sur place.

La station de métro "Cité" sur la ligne 4 a été fermée par mesure de sécurité et ne sera rouverte que sur autorisation de la préfecture de police, indique pour sa part la RATP sur Twitter. Alors qu'il devait se rendre en Turquie, le ministre français de l'Intérieur Christophe Castaner a repoussé son déplacement et s'est rendu immédiatement sur place. Le procureur de Paris s'est aussi déplacé.

Le Premier ministre Édouard Philippe et la maire de Paris Anne Hidalgo se sont également rendus à la préfecture de police, rejoints par le président Emmanuel Macron. Le parquet antiterroriste n'a pas été saisi à ce stade, a-t-on appris de sources judiciaires.


 

Au Palais de justice, en face de la préfecture, un message a été diffusé peu avant 14h00 dans les hauts-parleurs: "Une agression s'est produite à la préfecture de police. La situation est maîtrisée. Le secteur de la Cité reste sous surveillance", a mis en garde le message. 

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires